Au hasard de nos offres
  • Maison 1 150 000 € UCCLE
  • Villa 1 290 000 € RHODE ST GENESE
  • Villa 1 550 000 € UCCLE
  • Villa 3 200 000 € UCCLE
  • Maison 1 950 000 € IXELLES
  • Villa Sorry : trop tard ! RHODE ST GENESE
  • Maison Sorry : trop tard ! IXELLES
  • Appartement 775 000 € FOREST
  • Appartement 420 000 € UCCLE
  • Maison 1 300 000 € IXELLES
  • Voir toutes les offres »

    Pim's newsetter

    Informations régulières gratuites : abonnez-vous !
    INSCRIPTION
    close-link
    Sed non luctus felis libero libero ut Nullam ut quis, risus at

    forum   Vous n'êtes pas identifié(e) : Inscription :: Identification | Recherche Forum



    Critique de l'Article 577-8 §4 6° du Code Civil

    ninifel
    Pimonaute intarissable
    Inscription : 18-07-2007
    Messages : 1 496

    Critique de l'Article 577-8 §4 6° du Code Civil

    L'Article 577-8 §4 6° du Code Civil stipule que quels que soient les pouvoirs qui lui sont conférés par le règlement de copropriété, le syndic est chargé :de représenter l'association des copropriétaires, tant en justice que dans la gestion des affaires communes;

    sur cette base ( légale) les Juges estiment  que les conclusions ( d'avocat) sont validées par le Syndic qui est un professionnel de la gestion immobilière.

    Que par conséquent , le Juge ne doit avoir qu'un controle marginal sur le litige qui lui est soumis

    Et pourtant  .....

    Dans la réalité ça se passe ( il me semble) souvent comme ....

    Panchito a écrit :

    panchito a écrit :

    nous (le CdC) avons reçu mandat des CP à l'unanimité pour défendre les intérêts de l'ACP.
    Mais c'est tout à fait normal et cela se passe comme cela dans toutes les copropriétés que je connais!

    Comment voulez-vous que le Syndic dise à l'avocat de l'ACP les conclusions qu'il doit développer?

    C'est toujours les membres du CdC qui connaissent eux la copropriété à fond (certains même depuis plus de 60 ans...) qui sont le plus à même de direà l'avocat comment il doit développer ses conclusions.

    Cela se passe régulièrement lors des réunion de CdC (sans le Syndic qui n'a évidemment aucune valeur ajoutée) où on invite notre avocat (celui de l'ACP).

    Cette réalité crée des situations  absurdes dans lesquelles le litige ne peut qu'enfler par défaut d'objectivité des conclusions des avocats aux ordres des copropriétaires qui lui disent quoi écrire pour faire la guéguerre à l'adversaire et l'entretien du bâtiment n'y trouve pas son compte. C'est précisemment à cause de cela que les syndics démissionnent l'un après l'autre dans mon ACP car nier les infiltrations pendant 5.000 jours mène nulle part.

    Je dis qu'il faudrait dans l'absolu que les conclusions prises au nom de l'ACP soient validées par le Syndic...


    « L’esprit s’enrichit de ce qu’il reçoit, le cœur de ce qu’il donne. »

    Hors ligne

    rexou
    Pimonaute non modérable
    Lieu : bruxelles
    Inscription : 21-03-2010
    Messages : 6 891

    Re : Critique de l'Article 577-8 §4 6° du Code Civil

    Le Code civil revu et corrigé par Ninifel...


    rexou

    Hors ligne

    luc
    Pimonaute non modérable
    Lieu : Evere, Bruxelles, Belgique
    Inscription : 09-08-2004
    Messages : 5 038
    Site Web

    Re : Critique de l'Article 577-8 §4 6° du Code Civil

    ninifel a écrit :

    (...)
    Je dis qu'il faudrait dans l'absolu que les conclusions prises au nom de l'ACP soient validées par le Syndic...

    Dans l'absolu (= juridiquement) ils le sont toujours.
    Si le syndic admet par voie directe ou indirecte une influence du CdC, c'est une infraction déontologique et/ou civile.

    L'infraction civile peut être neutralisé par votre avocat, moyennant au moins une preuve écrite.
    Cette preuve peut aussi servir pour déposer une plainte déontologique à l'IPI.

    Le but est que les conclusions de l'ACP sont établit en coordination avec les membres de l'AG, d'une façon équitable. Eventuellement lors d'une AGE.


    Cordialement,

    Luc

    Hors ligne

    panchito
    Pimonaute non modérable
    Inscription : 19-06-2012
    Messages : 6 541

    Re : Critique de l'Article 577-8 §4 6° du Code Civil

    Ninifel a écrit :

    Je dis qu'il faudrait dans l'absolu que les conclusions prises au nom de l'ACP soient validées par le Syndic...

    Mais évidemment! Cela se passe comme cela dans toutes les copropriétés que je connais.

    C'est évidemment le Syndic qui "valide" les conclusions après les avoir fait vérifiées par le CdC qui a reçu mandat de l'AG pour suivre en détails toutes les procédures en cours.

    Le Syndic vous dira qu'il n'est pas payé pour passer des heures et des heures à développer des argumentations alors qu'il n'est qu'un gestionnaire et que suivant son contrat, ces prestations sont hors scope.

    Raison pour laquelle, l'AG mandate le CdC constitué de bénévoles ou souvent les CP sont plus compétents que le Syndic (Avocat, Ingénieur, Juge etc....)

    Hors ligne

    luc
    Pimonaute non modérable
    Lieu : Evere, Bruxelles, Belgique
    Inscription : 09-08-2004
    Messages : 5 038
    Site Web

    Re : Critique de l'Article 577-8 §4 6° du Code Civil

    panchito a écrit :
    Ninifel a écrit :

    Je dis qu'il faudrait dans l'absolu que les conclusions prises au nom de l'ACP soient validées par le Syndic...

    Mais évidemment! Cela se passe comme cela dans toutes les copropriétés que je connais.

    C'est évidemment le Syndic qui "valide" les conclusions après les avoir fait vérifiées par le CdC qui a reçu mandat de l'AG pour suivre en détails toutes les procédures en cours.

    Le Syndic vous dira qu'il n'est pas payé pour passer des heures et des heures à développer des argumentations alors qu'il n'est qu'un gestionnaire et que suivant son contrat, ces prestations sont hors scope.

    Raison pour laquelle, l'AG mandate le CdC constitué de bénévoles ou souvent les CP sont plus compétents que le Syndic (Avocat, Ingénieur, Juge etc....)

    Ce mandat ne peut pas être donné par l'AG au CdC tel quel. J'ai vécu ça.

    Les membres du CdC de mon ACP ont poursuivi leurs intèrêts privatif, en produisant des rapports tendentieux à une majorité de CP, mais pas au CP qui voulait faire changer/annuler des décisions.

    Avec ces rapports partisanes ils ont à chaque fois obtenu la majorité lors des AG. Les Juges ont percés cet astuce et ont donnés raison au CP qui s'opposait à certaines décisions de l'AG.

    Par contre l'ACP peut nommer un (ou plusieurs) CP comme syndic adjoint avec cette mission spécifique. Cela revient à la même chose, mais avec une grande différence essentielle. Ces personnes deviennent responsable à 100% de leurs actes envers l'AG. La décision d'AG pour donner mandat au CdC pour "suivre l'affaire et valider les conclusions" pourrait être réformé par le Juge (si attaqué dans les 4 mois) en nomination comme syndic adjoint. L'esprit de la décision de l'AG est dans ce cas saufgardé, mais aussi ses intérêts de tous les members de l'AG.

    Pour finir ce mandat doit être spéfique et donné cas par cas, après la date de la citation.


    Cordialement,

    Luc

    Hors ligne

    Aime ce post :
    ninifel
    Pimonaute intarissable
    Inscription : 18-07-2007
    Messages : 1 496

    Re : Critique de l'Article 577-8 §4 6° du Code Civil

    Rexou et Panchito a écrit :

    Comme les syndics ne sont que de passage (leur contrat échoit après un an et ils sont donc totalement dépendants de la volonté des CP pour obtenir un renouvellement....), souvent, s'il y a des procès en cours, les CP's font mettre un point à l'odj pour pouvoir élire un comité "procédures en cours" à qui ils vont donner mandat pour valider les conclusions puisque ces affaires peuvent souvent durer plus d'une dizaine d'années. Parfois les CP réunis en AG décident de confier ce mandat au CdC.

    Mais je ne connais aucune ACP où le Syndic est capable de valider les conclusions tout seul, et en tout cas aucune ACP que je connais donnerait cette liberté au Syndic qui bien souvent n'est là que depuis peu et ne connaît rien aux antécédents judiciaires de l'ACP.

    Demande : recherche d'autres témoignages ( vécu) hors l'avis bien entendu de Rex&Panchi SVP pour un échange d'expériences
    y compris MP. merci d'avance

    Dernière modification par ninifel (07-01-2018 13:52:25)


    « L’esprit s’enrichit de ce qu’il reçoit, le cœur de ce qu’il donne. »

    Hors ligne

    ninifel
    Pimonaute intarissable
    Inscription : 18-07-2007
    Messages : 1 496

    Re : Critique de l'Article 577-8 §4 6° du Code Civil

    @Luc
    "Le but est que les conclusions de l'ACP sont établit en coordination avec les membres de l'AG, d'une façon équitable."

    question:  Equitable ou loyal ( objectivité) sur la réalité matérielle des infiltrations aux différents étages et sous-sol dans le bâtiment ?


    « L’esprit s’enrichit de ce qu’il reçoit, le cœur de ce qu’il donne. »

    Hors ligne

    panchito
    Pimonaute non modérable
    Inscription : 19-06-2012
    Messages : 6 541

    Re : Critique de l'Article 577-8 §4 6° du Code Civil

    Mais Ninifel, si vous pensez connaître tout l'antécédent judiciaire de l'affaire (ce qu'un syndic qui n'est forcément que de passage ne pourrait connaître), pourquoi ne mettez-vous pas ce point à l'ODJ de votre prochaine AG, pour vous faire élire pour aider le Syndic à valider les conclusions en faveur de votre ACP??

    C'est clair que légalement parlant le syndic représente l'ACP en justice; c'est une des raison pour laquelle vous l'avez engagé et vous le payez.

    Mais il doit être aidé puisqu’il n'est que de passage et ne connaît rien à vos "guéguerres" comme vous dites.

    Guéguerres qui vous coûtent tout de même la peau des fesses...

    Vous êtes vous déjà demandé s'il ne valait pas mieux siffler la fin de la récréation?

    Plutôt que d'enrichir tous ces avocats?

    Hors ligne

    ninifel
    Pimonaute intarissable
    Inscription : 18-07-2007
    Messages : 1 496

    Re : Critique de l'Article 577-8 §4 6° du Code Civil

    Evidemment s'il n'y a que deux pimonautes R & P alors je m'excuse car je ne désire pas vous faire parler. En fait je préfère recevoir une absence de réponse ( le sujet est sérieux) de votre part. Je pense que ce serait de nature à permettre à d'autres gentils pimonautes d'oser parler à leur tour en toute "liberté". Cette demande est-elle acceptable pour vous deux ? Merci d'avance et bon dimanche à tous les deux.


    « L’esprit s’enrichit de ce qu’il reçoit, le cœur de ce qu’il donne. »

    Hors ligne

    grmff
    Pimonaute non modérable
    Lieu : Sibulaga, Onatawani
    Inscription : 25-05-2004
    Messages : 16 373
    Site Web

    Re : Critique de l'Article 577-8 §4 6° du Code Civil

    J'ai été en justice contre mon ACP et mon syndic. Mon ACP était représentée par l'avocat nommé par l'AG. Une personne de contact avait été nommée pour avoir des informations. Elle n'a jamais rien fait, et c'est le syndic qui avait tout pouvoir.

    Le syndic était représenté par son avocat. Les deux avocats étaient bien entendu parfaitement d'accord.

    J'avais raison sur le fond. Les avocats adverses ont fait trainer les choses suffisamment pour démontrer que le syndic gérait et était supporté par l'AG.

    Le juge a fait un gros doigt au syndic et nous a renvoyé dos à dos.

    Depuis, mes appartements en copropriété son à vendre, et le syndic continue son petit manège à la con en pompant dans la (grosse) caisse pour des travaux inutiles. les propriétaires laissent faire, parce qu'avec les 3 syndics précédents, c'était nettement pire. Le premier ne foutait rien et ne courrait pas après les mauvais payeurs. Le 2e piquait (largement ) dans la caisse, et ne foutait rien non plus. Le 3e était du même acabi.

    Quand ce syndic est arrivé, la moitié des propriétaires étaient en défaut de payement.

    Du coup, tout le monde, sauf moi, ferme sa gueule.


    Grmf!
    ----------------
    N'envie pas les autres. Tu ne sais pas ce que l'avenir leur réserve...

    Hors ligne

    ninifel
    Pimonaute intarissable
    Inscription : 18-07-2007
    Messages : 1 496

    Re : Critique de l'Article 577-8 §4 6° du Code Civil

    J'ai été en justice contre mon ACP et mon syndic. Mon ACP était représentée par l'avocat nommé par l'AG. Une personne de contact avait été nommée pour avoir des informations. Elle n'a jamais rien fait, et c'est le syndic qui avait tout pouvoir.

    Le syndic était représenté par son avocat. Les deux avocats étaient bien entendu parfaitement d'accord.

    J'avais raison sur le fond. Les avocats adverses ont fait trainer les choses suffisamment pour démontrer que le syndic gérait et était supporté par l'AG.

    Le juge a fait un gros doigt au syndic et nous a renvoyé dos à dos.

    Depuis, mes appartements en copropriété son à vendre, et le syndic continue son petit manège à la con en pompant dans la (grosse) caisse pour des travaux inutiles.

    Ce courageux témoignage a un air de vérité que je partage sur notre problème qui nous fabrique des immeubles " bombes sociales à retardement comme l'a publié la Fondation Roi Baudouin. Renvoyé dos à dos ? puis-je lire un extrait du jgt pour mieux appréhender ce point  ?

    AVOCATS_CEDH.jpg


    « L’esprit s’enrichit de ce qu’il reçoit, le cœur de ce qu’il donne. »

    Hors ligne

    panchito
    Pimonaute non modérable
    Inscription : 19-06-2012
    Messages : 6 541

    Re : Critique de l'Article 577-8 §4 6° du Code Civil

    Pauvre Ninifel, vous avez choisi d'acheter un bien en copropriété dans un immeuble de type "bombe sociale" remplies de CP plus pauvres les uns que les autres et qui ne veulent dès lors pas déoenser le moindre cent pour entretenir les parties communes?

    Qu'attendez-vous pour suivre le conseil de Grmff et donc vendre?

    Votre ACP est à Molenbeek? Saint-Josse?

    Vendez!

    Et venez vous installer dans les toutes belles copropriétés du Sud, Sud-est de Bruxelles!

    Hors ligne

    GT
    Pimonaute incurable
    Inscription : 11-10-2014
    Messages : 3 790

    Re : Critique de l'Article 577-8 §4 6° du Code Civil

    N'est ce pas le SNPC qui fait état d'une bombe sociale à retardement ?

    http://www.dekamer.be/doc/PCRA/pdf/54/ap100.pdf
    page 23

    Hors ligne

    grmff
    Pimonaute non modérable
    Lieu : Sibulaga, Onatawani
    Inscription : 25-05-2004
    Messages : 16 373
    Site Web

    Re : Critique de l'Article 577-8 §4 6° du Code Civil

    ninifel a écrit :

    Renvoyé dos à dos ? puis-je lire un extrait du jgt pour mieux appréhender ce point

    Je ne pense pas utile d'en dire plus.


    Grmf!
    ----------------
    N'envie pas les autres. Tu ne sais pas ce que l'avenir leur réserve...

    Hors ligne

    luc
    Pimonaute non modérable
    Lieu : Evere, Bruxelles, Belgique
    Inscription : 09-08-2004
    Messages : 5 038
    Site Web

    Re : Critique de l'Article 577-8 §4 6° du Code Civil

    ninifel a écrit :

    @Luc
    "Le but est que les conclusions de l'ACP sont établit en coordination avec les membres de l'AG, d'une façon équitable."

    question:  Equitable ou loyal ( objectivité) sur la réalité matérielle des infiltrations aux différents étages et sous-sol dans le bâtiment ?

    Loyal? Nulle part est prévue que les conclusions doivent être loyal.
    Ils doivent refléter correctement l'opinion du client de l'avocat.

    Le client n'est pas la communauté des propriétaires, mais l'ACP. Toute décision de l'AG qui est irrégulière, frauduleuse ou abusive peut être annulée ou changée par le JP.

    L'omission d'une expertise, commandé et payé par l'ACP, dans des conclusions court le risque qu'on ne tient pas compte de cette partie des conclusions qui sont approuvés par l'AG. Ce risque n'existe pas si les conclusions ont été approuvé par le syndic sur base de l'Art. 577-8 §4. 4° CC. Mais le syndic doit présenter rapport l’année suivant et court le risque que l'AG refuse de payer les dépens de l'avocat pour les conclusions en cause.

    Dans mon cas concret le problème se posera en 2019 (comptes 2018 - travaux en cours actuellement chez mon voisin).


    Cordialement,

    Luc

    Hors ligne

    ninifel
    Pimonaute intarissable
    Inscription : 18-07-2007
    Messages : 1 496

    Re : Critique de l'Article 577-8 §4 6° du Code Civil

    Luc a écrit :

    si les conclusions ont été approuvé par le syndic sur base de l'Art. 577-8 §4. 4° CC. Mais le syndic doit présenter rapport l’année suivant

    Intéressant,  cela signifie-t-il que votre syndic d'une ACP de 250 lors présenterait effectivement un rapport à l'AG ? Et le cas échéant sous quelle forme :
    a.rapport écrit annexé à sa convocation ?
    b. un Point clair et explicite à ce sujet dans l'ODJ de sa convocation ?
    c. "rapport" oral de blabla sans preuve durant l'Ag ?
    d. autre ?

    merci !!!


    « L’esprit s’enrichit de ce qu’il reçoit, le cœur de ce qu’il donne. »

    Hors ligne

    GT
    Pimonaute incurable
    Inscription : 11-10-2014
    Messages : 3 790

    Re : Critique de l'Article 577-8 §4 6° du Code Civil

    luc a écrit :
    ninifel a écrit :

    @Luc
    "Le but est que les conclusions de l'ACP sont établit en coordination avec les membres de l'AG, d'une façon équitable."

    question:  Equitable ou loyal ( objectivité) sur la réalité matérielle des infiltrations aux différents étages et sous-sol dans le bâtiment ?

    Loyal? Nulle part est prévue que les conclusions doivent être loyal.
    Ils doivent refléter correctement l'opinion du client de l'avocat.

    Le client n'est pas la communauté des propriétaires, mais l'ACP. Toute décision de l'AG qui est irrégulière, frauduleuse ou abusive peut être annulée ou changée par le JP.

    L'omission d'une expertise, commandé et payé par l'ACP, dans des conclusions court le risque qu'on ne tient pas compte de cette partie des conclusions qui sont approuvés par l'AG. Ce risque n'existe pas si les conclusions ont été approuvé par le syndic sur base de l'Art. 577-8 §4. 4° CC. Mais le syndic doit présenter rapport l’année suivant et court le risque que l'AG refuse de payer les dépens de l'avocat pour les conclusions en cause.

    Dans mon cas concret le problème se posera en 2019 (comptes 2018 - travaux en cours actuellement chez mon voisin).

    Luc, vous préconisez que les conclusions de l'avocat doivent être préalablement approuvées par l'AG ?

    Hors ligne

    Dupuis
    Pimonaute bavard
    Inscription : 03-10-2016
    Messages : 223

    Re : Critique de l'Article 577-8 §4 6° du Code Civil

    panchito a écrit :

    Pauvre Ninifel, vous avez choisi d'acheter un bien en copropriété dans un immeuble de type "bombe sociale" remplies de CP plus pauvres les uns que les autres et qui ne veulent dès lors pas déoenser le moindre cent pour entretenir les parties communes?

    Qu'attendez-vous pour suivre le conseil de Grmff et donc vendre?

    Votre ACP est à Molenbeek? Saint-Josse?

    Vendez!

    Et venez vous installer dans les toutes belles copropriétés du Sud, Sud-est de Bruxelles!

    Vous êtes insultant vis à vis de ceux qui n’ont pas les moyens d’acheter dans vos quartiers .
    Je vous signale qu’a Molenbeek il n’y a pas que des copropriétés style bombes sociales .
    C’est facile de dire de vendre quand on est riche !

    Hors ligne

    luc
    Pimonaute non modérable
    Lieu : Evere, Bruxelles, Belgique
    Inscription : 09-08-2004
    Messages : 5 038
    Site Web

    Re : Critique de l'Article 577-8 §4 6° du Code Civil

    GT a écrit :

    (...)
    Luc, vous préconisez que les conclusions de l'avocat doivent être préalablement approuvées par l'AG ?

    Si le calendrier des conclusions le permet: oui, puisque l'Art. 577-8 §4. 4° CC n'est appliquable qu'en cas d'urgence.
    Le texte littéral: non, mais l'AG doit être informé de la position de l'avocat, pouvoir en délibérer et voter une résolution approprié après l'avoir amendé en cours de séance.
    Ceci en présence de l'avocat de l'ACP et du syndic de l'ACP, mais en absence du syndic si le syndic a été cité en personne.
    Quand à la présence du CP qui cite (et son avocat) je ne sais pas. Il y a à boire et manger.

    Actuellement mon syndic publie les citations, conclusions et pièces sur son site MySyndic.

    Avant ces documents étaient diffusé à certains CP mais pas tous (y compris les citations, les rapport d'experts judiciaires, les projets de conclusions, ...). Cette publication a permis un débat constructif entre des CP de tendances diverses avant AG.

    Lors de l'AG je trouve que les parties demandeurs ne devaient pas intervenir lors les débats, que exclusivement leur avocat devrait répondre aux questions éventuels, mais avec caution.

    Je trouve logique que les CP demandeurs conservent en tout cas leurs droits d'information et droit de vote lors de l'AG pour cet aspect.


    Cordialement,

    Luc

    Hors ligne

    GT
    Pimonaute incurable
    Inscription : 11-10-2014
    Messages : 3 790

    Re : Critique de l'Article 577-8 §4 6° du Code Civil

    Luc, si vous maintenez que les conclusions proposées par l'avocat de la copropriété doivent être approuvées par une AG, le syndic aurait le devoir de convoquer une AG dès lors que l'urgence et l'intérêt de la copropriété seraient rencontrés.
    Le délai de convocation peut être très court.

    Hors ligne

    Pied de page des forums

    Pim.be : votre forum de l'immobilier résidentiel belge depuis 2002.

    Les dernières discussions sont ici » Récentes | Sans réponse
    Règlement du forum | Liste des membres



    derniers-tweets-small Derniers tweets

    Retweeted Muriel MICHEL (@mumitim): La réforme des régimes matrimoniaux entre en vigueur le 1er septembre, en même temps que le nouveau droit successoral. Qu'est-ce que ça change pour vous? lecho.be/r/t/1/id/10034… via @monargentbe

    Hier De PIM's Twitter

    Au hasard de nos offres
  • Appartement 735 000 € UCCLE
  • Villa 2 980 000 € WATERLOO
  • Maison 549 000 € UCCLE
  • Maison 4 600 000 € BRUXELLES
  • Villa 2 800 000 € UCCLE
  • Appartement 435 000 € ST-GILLES
  • Appartement 875 000 € FOREST
  • Villa Sous option BEERSEL
  • Appartement À partir de 365 000 € BRUXELLES
  • Maison 1 200 000 € UCCLE
  • Voir toutes les offres »

    commodo in commodo Phasellus dictum eleifend ut quis ipsum mattis ultricies ut