Au hasard de nos offres
  • Villa 1 990 000 € RHODE ST GENESE
  • Villa 1 290 000 € RHODE ST GENESE
  • Villa 2 800 000 € UCCLE
  • Maison 4 600 000 € BRUXELLES
  • Villa Sorry : trop tard ! RHODE ST GENESE
  • Villa 675 000 € RHODE ST GENESE
  • Penthouse 890 000 € UCCLE
  • Maison 1 600 000 € IXELLES
  • Villa 3 200 000 € UCCLE
  • Villa 770 000 € WATERLOO
  • Voir toutes les offres »

    Pim's newsetter

    Informations régulières gratuites : abonnez-vous !
    INSCRIPTION
    close-link
    luctus leo. consectetur porta. vel, justo

    forum   Vous n'êtes pas identifié(e) : Inscription :: Identification | Recherche Forum



    Une radio dans le jardin: querelle jusqu'au Conseil d'Etat !

    PIM
    Pimonaute non modérable
    Lieu : Uccle, Bruxelles, Belgique
    Inscription : 10-03-2004
    Messages : 11 860
    Site Web

    Une radio dans le jardin: querelle jusqu'au Conseil d'Etat !

    Lu ceci (Vers l'avenir)


    Quinze ans à se pourrir la vie, mutuellement. Des voisins, à Onhaye, ne trouvent pas l’harmonie, depuis le siècle dernier!

    Leurs querelles les ont déjà menés jusqu’en cour d’appel à Liège, où ils ont été condamnés en 2012 pour des faits datant de 2003. Punis à une peine de 500 euros à se verser… l’un l’autre! Sans doute pour les renvoyer dos-à-dos et leur faire comprendre la stupidité de leurs divergences.

    La bisbille leur a permis de visiter les juridictions belges, jusqu’au Conseil d’État, lorsque le bourgmestre a tenté d’empêcher l’un d’eux d’utiliser sa radio de façon intempestive, dans son jardin, ce qui dérangeait la quiétude du quartier. La décision mayorale a ensuite été cassée…

    Il dérangeait la quiétude du quartier

    Malgré la condamnation de l’an dernier, le même programme a été servi à la radio. Toujours dans le même jardin. Et toujours, clame le voisin, contre la haie, dans la direction de sa propriété.

    L’épouse victime supplie, dans un sanglot, que le harcèlement s’arrête. Son mari, sanglotant aussi, raconte au président Hauquier, manifestement interloqué par le côté ubuesque de l’affaire, que son petit-fils de six ans n’ose plus approcher de la haie: il a peur du «méchant monsieur».

    Celui-là qui, accusé de harceler le couple, troublerait la quiétude des lieux avec sa radio, mais aurait aussi construit une digue qui a inondé leur propriété à la première averse.

    Inévitablement, on sourit. Et l’on imagine des mots d’oiseaux, échangés par-dessus une séparation mitoyenne qui n’a rien d’un charme taillé avec amour.

    Une tournure inquiétante, un revolver utilisé

    Mais le tableau prend une tournure inquiétante. Les avocats évoquent l’épisode où une arme à feu a été brandie. Où l’on a tiré en l’air. Par dix fois, les voisins auront en outre réparé des pneus crevés.

    «J’ai plaidé 78 cours d’assises dans ma carrière, dira Me Gilissen. Parmi elles, cinq cas étaient en tout point identiques à celle-ci.» Et de supplier Renaud Hauquier de prendre une décision qui préserve le quartier d’un pareil drame.

    La défense réfute les accusations. Me Barthélemy souhaite que l’on recadre le contexte: celui d’une escalade qui concerne les deux parties, d’un harcèlement de la part des victimes aussi, qui déposent des plaintes presque quotidiennement. Et de plaider qu’un verbalisant a pris son client en grippe, alimentant la discorde. Lorsque c’est un autre policier, le rapport évoque que la radio fonctionne, mais pas de manière excessive.

    Tout le voisinage a été impliqué, par une enquête, d’où il ressort que le prévenu est considéré comme l’enquiquineur principal.

    La personnalité de celui-ci est épinglée par la partie civile et par la substitut Pirotte. L’homme, sûr de lui, clame que le mayeur est un imbécile, que l’administration est incompétente, la police vendue et que son adversaire ne compte plus ses ennemis.

    On verra si la justice sera son amie, le 22 octobre, lorsqu’il entendra son jugement. Un an de prison a été requis. Et le prévenu mélomane avait été condamné à un sursis de deux ans, en 2012… à condition de ne plus écouter sa radio dans le jardin! «Peine suspendue par le tribunal d’application des peines par la suite», plaide Me Barthélemy. Ce poste de radio aura vraiment fait le tour du système judiciaire belge…

    (fin de citation)


    Erik DECKERS
    Pim's webmaster (notamment...)
    Propriétés Immobilières

    --------------------
    L'expérience est une lanterne attachée dans notre dos, qui n'éclaire que le chemin parcouru - (Confucius)

    Hors ligne

    grmff
    Pimonaute non modérable
    Lieu : Sibulaga, Onatawani
    Inscription : 25-05-2004
    Messages : 16 370
    Site Web

    Re : Une radio dans le jardin: querelle jusqu'au Conseil d'Etat !

    C'est triste de voir l'énergie que certains peuvent mettre à se pourrir la vie...

    Ils ne connaissent pas Milka, par là-bas? Qu'ils se partagent un chocolat, et qu'ils profitent de la vie...


    Grmf!
    ----------------
    N'envie pas les autres. Tu ne sais pas ce que l'avenir leur réserve...

    En ligne

    cochise
    Pimonaute incurable
    Inscription : 06-07-2006
    Messages : 2 732

    Re : Une radio dans le jardin: querelle jusqu'au Conseil d'Etat !

    Le bruit, c'est vraiment une plaie. J'ai eu le cas dans le passé et en ai fait limite une dépression.

    Pour le moment, moi, ce sont des vaches noctunes qui troublent ma quiétude (et celle de mon jardin), mais c'est une coutume locale ici  lol


    Coch'
    ********
    Notre passé est abominable et notre présent est pire; heureusement, nous n'avons pas d'avenir.

    Hors ligne

    CaroduNord
    Pimonaute
    Lieu : Lille, France
    Inscription : 17-01-2014
    Messages : 9

    Re : Une radio dans le jardin: querelle jusqu'au Conseil d'Etat !

    PIM a écrit :

    Lu ceci (Vers l'avenir)


    Quinze ans à se pourrir la vie, mutuellement. Des voisins, à Onhaye, ne trouvent pas l’harmonie, depuis le siècle dernier!

    Leurs querelles les ont déjà menés jusqu’en cour d’appel à Liège, où ils ont été condamnés en 2012 pour des faits datant de 2003. Punis à une peine de 500 euros à se verser… l’un l’autre! Sans doute pour les renvoyer dos-à-dos et leur faire comprendre la stupidité de leurs divergences.

    La bisbille leur a permis de visiter les juridictions belges, jusqu’au Conseil d’État, lorsque le bourgmestre a tenté d’empêcher l’un d’eux d’utiliser sa radio de façon intempestive, dans son jardin, ce qui dérangeait la quiétude du quartier. La décision mayorale a ensuite été cassée…

    Il dérangeait la quiétude du quartier

    Malgré la condamnation de l’an dernier, le même programme a été servi à la radio. Toujours dans le même jardin. Et toujours, clame le voisin, contre la haie, dans la direction de sa propriété.

    L’épouse victime supplie, dans un sanglot, que le harcèlement s’arrête. Son mari, sanglotant aussi, raconte au président Hauquier, manifestement interloqué par le côté ubuesque de l’affaire, que son petit-fils de six ans n’ose plus approcher de la haie: il a peur du «méchant monsieur».

    Celui-là qui, accusé de harceler le couple, troublerait la quiétude des lieux avec sa radio, mais aurait aussi construit une digue qui a inondé leur propriété à la première averse.

    Inévitablement, on sourit. Et l’on imagine des mots d’oiseaux, échangés par-dessus une séparation mitoyenne qui n’a rien d’un charme taillé avec amour.

    Une tournure inquiétante, un revolver utilisé

    Mais le tableau prend une tournure inquiétante. Les avocats évoquent l’épisode où une arme à feu a été brandie. Où l’on a tiré en l’air. Par dix fois, les voisins auront en outre réparé des pneus crevés.

    «J’ai plaidé 78 cours d’assises dans ma carrière, dira Me Gilissen. Parmi elles, cinq cas étaient en tout point identiques à celle-ci.» Et de supplier Renaud Hauquier de prendre une décision qui préserve le quartier d’un pareil drame.

    La défense réfute les accusations. Me Barthélemy souhaite que l’on recadre le contexte: celui d’une escalade qui concerne les deux parties, d’un harcèlement de la part des victimes aussi, qui déposent des plaintes presque quotidiennement. Et de plaider qu’un verbalisant a pris son client en grippe, alimentant la discorde. Lorsque c’est un autre policier, le rapport évoque que la radio fonctionne, mais pas de manière excessive.

    Tout le voisinage a été impliqué, par une enquête, d’où il ressort que le prévenu est considéré comme l’enquiquineur principal.

    La personnalité de celui-ci est épinglée par la partie civile et par la substitut Pirotte. L’homme, sûr de lui, clame que le mayeur est un imbécile, que l’administration est incompétente, la police vendue et que son adversaire ne compte plus ses ennemis.

    On verra si la justice sera son amie, le 22 octobre, lorsqu’il entendra son jugement. Un an de prison a été requis. Et le prévenu mélomane avait été condamné à un sursis de deux ans, en 2012… à condition de ne plus écouter sa radio dans le jardin! «Peine suspendue par le tribunal d’application des peines par la suite», plaide Me Barthélemy. Ce poste de radio aura vraiment fait le tour du système judiciaire belge…

    (fin de citation)

    Bonjour à tous,

    Personnellement, j’ai eu quelques soucis du même ordre. Les enfants de mes voisins jouaient devant chez moi toute la journée et hurlaient constamment. De plus, un autre voisin regardait sa télé et mettait le volume très fort. Ce n’est jamais facile d’entendre du bruit, mais nous sommes obligés de supporter l’incivilité de certaines personnes.


    Caro du Nord

    Hors ligne

    Pied de page des forums

    Pim.be : votre forum de l'immobilier résidentiel belge depuis 2002.

    Les dernières discussions sont ici » Récentes | Sans réponse
    Règlement du forum | Liste des membres



    derniers-tweets-small Derniers tweets

    Retweeted Muriel MICHEL (@mumitim): La réforme des régimes matrimoniaux entre en vigueur le 1er septembre, en même temps que le nouveau droit successoral. Qu'est-ce que ça change pour vous? lecho.be/r/t/1/id/10034… via @monargentbe

    Hier De PIM's Twitter

    Au hasard de nos offres
  • Appartement 735 000 € UCCLE
  • Villa 2 980 000 € WATERLOO
  • Maison 549 000 € UCCLE
  • Maison 4 600 000 € BRUXELLES
  • Villa 2 800 000 € UCCLE
  • Appartement 435 000 € ST-GILLES
  • Appartement 875 000 € FOREST
  • Villa Sous option BEERSEL
  • Appartement À partir de 365 000 € BRUXELLES
  • Maison 1 200 000 € UCCLE
  • Voir toutes les offres »

    commodo in commodo Phasellus dictum eleifend ut quis ipsum mattis ultricies ut