Au hasard de nos offres
  • Villa 1 990 000 € RHODE ST GENESE
  • Villa 1 290 000 € RHODE ST GENESE
  • Villa 2 800 000 € UCCLE
  • Maison 4 600 000 € BRUXELLES
  • Villa Sorry : trop tard ! RHODE ST GENESE
  • Villa 675 000 € RHODE ST GENESE
  • Penthouse 890 000 € UCCLE
  • Maison 1 600 000 € IXELLES
  • Villa 3 200 000 € UCCLE
  • Villa 770 000 € WATERLOO
  • Voir toutes les offres »

    Pim's newsetter

    Informations régulières gratuites : abonnez-vous !
    INSCRIPTION
    close-link
    luctus leo. consectetur porta. vel, justo

    forum   Vous n'êtes pas identifié(e) : Inscription :: Identification | Recherche Forum



    Flandre: législation baux: quels changements ?

    PIM
    Pimonaute non modérable
    Lieu : Uccle, Bruxelles, Belgique
    Inscription : 10-03-2004
    Messages : 11 860
    Site Web

    Flandre: législation baux: quels changements ?

    Un accord a été récemment conclu au gouvernement flamand en vue d’un nouveau décret sur les baux à loyer. Qu’est-ce qui va changer et à partir de quand?

    La presse a déjà consacré beaucoup d’attention au nouveau régime de baux à loyer qui va être instauré en Flandre. On met surtout l’accent sur la garantie locative. Celle-ci doit en effet passer de deux à trois mois. Il y a en outre bien d’autres choses qui vont changer.

    A partir de quand?
    Pour l’instant, le nouveau décret n’a pas encore été adopté par le parlement flamand. Il s’agit encore d’un projet. Il y a toutefois déjà un accord sur la nouvelle réglementation au sein du gouvernement flamand. La nouvelle loi entrera vraisemblablement en vigueur (pour la plupart des dispositions) à partir de septembre 2018. Sachez du reste que le nouveau régime portera sur ce qu’on appelle les baux à loyer. En outre, elle contient une série de dispositions concernant la mise en location de chambres d’étudiant. Nous aborderons cette question à une autre occasion. Les autres types de baux (par ex. bail commercial, location de bureaux, …) ne sont pas régis par ce décret.

    Garantie locative
    Un premier changement important porte en effet sur la garantie locative. La garantie pourra désormais atteindre un montant maximal de trois mois de loyer. D’après le nouveau régime, le locataire continuera d’avoir le choix de la manière de constituer la caution. Il peut le faire de trois manières. Il peut choisir de placer la caution sur un compte bancaire bloqué ou il peut utiliser une garantie réelle à son nom auprès d’une institution financière. Troisièmement, il peut aussi s’acquitter de la garantie sur la base d’un contrat standard entre le CPAS et une institution financière.

    Loyer de courte durée
    Le nouveau décret donne au locataire d’un bail locatif de courte durée la possibilité de résilier ce contrat de bail à tout moment s’il respecte un délai de préavis de trois mois. Dans ce cas, le bailleur a toutefois droit à une indemnité. Celle-ci s’élève à un mois et demi, un mois ou un demi mois de loyer selon que le contrat de bail prend fin durant la première, la deuxième ou la troisième année du bail. Ce faisant, on prend en compte la date de début du premier contrat de bail. Si le contrat de bail de courte durée n’est pas enregistré, alors le délai de préavis et l’indemnité de résiliation pendant la première, la deuxième et la troisième année ne s’appliquent pas.

    Problèmes avec le bien loué
    Le décret ajoute que le bien immobilier loué doit satisfaire aux exigences élémentaires de sécurité, d’hygiène et d’habitabilité. Si tel n’est pas le cas, alors le contrat de bail est nul. Dans ce cas, le juge peut toutefois obliger le locataire à verser une indemnité d’occupation au bailleur. Pour en fixer le montant, on examine la valeur locative objective de l’immeuble, compte tenu des défauts du bien. Dans ce cas, le locataire peut réclamer une indemnité de dédommagement au bailleur.

    Selon le nouveau régime, le locataire est responsable des réparations mineures ainsi que des réparations qui s’avèrent nécessaires en raison d’un usage impropre du bien loué ou d’un défaut d’entretien en bon père de famille. Les réparations dues à la vétusté ou à la force majeure doivent être effectuées par le bailleur. Une liste sera aussi dressée pour définir quelles sont exactement les réparations mineures. L’obligation de réparation du locataire peut être limitée ou même exclue dans le contrat de bail. Les obligations du locataire ne peuvent pas être étendues.

    Si les locataires se séparent
    Le nouveau décret stipule également que si les locataires sont mariés ou cohabitent légalement et qu’ils se séparent, ils conviennent de commun accord qui poursuit le contrat de bail. Ils doivent en informer le bailleur. Si les locataires ne se mettent pas d’accord, le tribunal décide. Si le contrat de bail était signé par les deux locataires, alors le bailleur peut encore réclamer le paiement du loyer au locataire qui a “décroché” pendant six mois après qu’il ne soit plus locataire.

    Jan Roodhooft, avocat (www.ra-advocaten.be)

    Source ImmoVlan


    Erik DECKERS
    Pim's webmaster (notamment...)
    Propriétés Immobilières

    --------------------
    L'expérience est une lanterne attachée dans notre dos, qui n'éclaire que le chemin parcouru - (Confucius)

    Hors ligne

    Aime ce post :

    GT

    GT
    Pimonaute incurable
    Inscription : 11-10-2014
    Messages : 3 788

    Re : Flandre: législation baux: quels changements ?

    Beaucoup de plaisir pour les intervenants : la connaissance des législations régionales bruxelloise (en cours depuis le 1/1/2018), wallonne (à venir) et flamande (à venir) avec leurs spécificités et dates d'entrées en vigueur propres.

    Que du plaisir !

    Dernière modification par GT (05-02-2018 15:20:49)

    Hors ligne

    Aime ce post :

    PIM

    GT
    Pimonaute incurable
    Inscription : 11-10-2014
    Messages : 3 788

    Re : Flandre: législation baux: quels changements ?

    Et le plaisir augmentera lorsque les personnes qui poseront leurs questions omettront de préciser la Région ds laquelle le bien est pris/donné en location et la date de prise de cours du contrat.

    Il amplifiera encore lorsque des intervenants répondront en l'absence de ces données.

    Certains n'ont pas encore intégré l'existence depuis le 1/1/2018 d'une législation propre à le Région bruxelloise.

    Le SNPC distribue aux participants à la formation sur le bail d'habitation bruxellois un excellent outil pédagogique.

    Dernière modification par GT (05-02-2018 16:05:05)

    Hors ligne

    PIM
    Pimonaute non modérable
    Lieu : Uccle, Bruxelles, Belgique
    Inscription : 10-03-2004
    Messages : 11 860
    Site Web

    Re : Flandre: législation baux: quels changements ?

    GT a écrit :

    Et le plaisir augmentera lorsque les personnes qui poseront leurs questions omettront de préciser la Région ds laquelle le bien est pris/donné en location et la date de prise de cours du contrat.

    Il amplifiera encore lorsque des intervenants répondront en l'absence de ces données.

    Certains n'ont pas encore intégré l'existence depuis le 1/1/2018 d'une législation propre à le Région bruxelloise.

    Raison pour laquelle j'ai ajouté cette demande de précision dans le message d'introduction du salon "locations"


    Erik DECKERS
    Pim's webmaster (notamment...)
    Propriétés Immobilières

    --------------------
    L'expérience est une lanterne attachée dans notre dos, qui n'éclaire que le chemin parcouru - (Confucius)

    Hors ligne

    grmff
    Pimonaute non modérable
    Lieu : Sibulaga, Onatawani
    Inscription : 25-05-2004
    Messages : 16 369
    Site Web

    Re : Flandre: législation baux: quels changements ?

    A mon avis, il faudrait séparer les salons.
    Mais bon, cette inflation législative doit elle être suivie d'une inflatiln des forum? P'têt ben qu'oui, vu l'inflation des questions qui va suivre l'inflation des législations...


    Grmf!
    ----------------
    N'envie pas les autres. Tu ne sais pas ce que l'avenir leur réserve...

    Hors ligne

    Aime ce post :

    GT

    GT
    Pimonaute incurable
    Inscription : 11-10-2014
    Messages : 3 788

    Re : Flandre: législation baux: quels changements ?

    PIM a écrit :

    Raison pour laquelle j'ai ajouté cette demande de précision dans le message d'introduction du salon "locations"

    Ce texte, bienvenu, m'avait échappé.
    Malheureusement,les faits sont là.
    Trop souvent, il n'en est pas tenu compte.

    Hors ligne

    PIM
    Pimonaute non modérable
    Lieu : Uccle, Bruxelles, Belgique
    Inscription : 10-03-2004
    Messages : 11 860
    Site Web

    Re : Flandre: législation baux: quels changements ?

    Si quelqu'un trouve/dispose d'un texte synthétisant ce qui est prévu pour les baux Wallonie - aux fins de publication ici -, il est le bienvenu.

    Quant à l'idée de salons régionalisés, attendons déjà de voir ce qui sera d'application le moment venu (actuellement seule la région de Bruxelles a publié une ordonnance à ce sujet)


    Erik DECKERS
    Pim's webmaster (notamment...)
    Propriétés Immobilières

    --------------------
    L'expérience est une lanterne attachée dans notre dos, qui n'éclaire que le chemin parcouru - (Confucius)

    Hors ligne

    Aime ce post :
    PIM
    Pimonaute non modérable
    Lieu : Uccle, Bruxelles, Belgique
    Inscription : 10-03-2004
    Messages : 11 860
    Site Web

    Re : Flandre: législation baux: quels changements ?

    Vendredi 18 mai, le Gouvernement flamand a, après avis du Conseil d'Etat, définitivement approuvé le projet de décret flamand portant sur la réforme des baux. Le projet de décret est actuellement soumis au Parlement flamand et devrait entrer en vigueur le 1er janvier 2019.

    Selon le nouveau régime, la garantie locative pourra désormais atteindre un montant maximal de trois mois de loyer. Le locataire continuera d’avoir le choix entre trois manières de constituer la caution (sur un compte bancaire bloqué, garantie réelle à son nom auprès d’une institution financière ou garantie sur la base d’un contrat standard entre le CPAS et une institution financière).

    Le nouveau décret donne au locataire d’un bail locatif de courte durée la possibilité de résilier ce contrat de bail à tout moment s’il respecte un délai de préavis de trois mois. Dans ce cas, le bailleur a toutefois droit à une indemnité. Celle-ci s’élève à un mois et demi, un mois ou un demi mois de loyer selon que le contrat de bail prend fin durant la première, la deuxième ou la troisième année du bail.

    Le décret ajoute que le bien immobilier loué doit satisfaire aux exigences élémentaires de sécurité, d’hygiène et d’habitabilité. Si tel n’est pas le cas, le contrat de bail est nul. Par ailleurs, le locataire est responsable des réparations mineures ainsi que des réparations qui s’avèrent nécessaires en raison d’un usage impropre du bien loué ou d’un défaut d’entretien en bon père de famille. Les réparations dues à la vétusté ou à la force majeure doivent être effectuées par le bailleur. Une liste sera aussi dressée pour définir quelles sont exactement les réparations mineures. L’obligation de réparation du locataire peut être limitée ou même exclue dans le contrat de bail.

    Découvrez le projet de décret ici.

    (source: IpiMail 250)


    Erik DECKERS
    Pim's webmaster (notamment...)
    Propriétés Immobilières

    --------------------
    L'expérience est une lanterne attachée dans notre dos, qui n'éclaire que le chemin parcouru - (Confucius)

    Hors ligne

    Pied de page des forums

    Pim.be : votre forum de l'immobilier résidentiel belge depuis 2002.

    Les dernières discussions sont ici » Récentes | Sans réponse
    Règlement du forum | Liste des membres



    derniers-tweets-small Derniers tweets

    Retweeted Muriel MICHEL (@mumitim): La réforme des régimes matrimoniaux entre en vigueur le 1er septembre, en même temps que le nouveau droit successoral. Qu'est-ce que ça change pour vous? lecho.be/r/t/1/id/10034… via @monargentbe

    Hier De PIM's Twitter

    Au hasard de nos offres
  • Appartement 735 000 € UCCLE
  • Villa 2 980 000 € WATERLOO
  • Maison 549 000 € UCCLE
  • Maison 4 600 000 € BRUXELLES
  • Villa 2 800 000 € UCCLE
  • Appartement 435 000 € ST-GILLES
  • Appartement 875 000 € FOREST
  • Villa Sous option BEERSEL
  • Appartement À partir de 365 000 € BRUXELLES
  • Maison 1 200 000 € UCCLE
  • Voir toutes les offres »

    commodo in commodo Phasellus dictum eleifend ut quis ipsum mattis ultricies ut