forum   Vous n'êtes pas identifié(e) : Inscription :: Identification | Recherche Forum



RW: fin du luxe de la villa 4 façades ?

PIM
Pimonaute non modérable
Lieu : Uccle, Bruxelles, Belgique
Inscription : 10-03-2004
Messages : 15 545
Site Web

RW: fin du luxe de la villa 4 façades ?

https://www.lavenir.net/actu/societe/20 … c.linkedin

"La maison quatre façades sera bientôt un rêve inaccessible
Les immeubles à appartements ne poussent plus seulement dans les grandes villes. L’habitat collectif prend de plus en plus le pas sur la maison quatre-façades dans de nombreuses communes wallonnes. La maison individuelle est en passe de devenir un luxe à cause notamment du manque de terrains constructibles et de la volonté des autorités communales et régionales de ramener la population au cœur des villes et des villages.

La maison mitoyenne et l’appartement dans une résidence collective neuve seraient-ils en passe de détrôner la maison quatre-façades, si chère aux Belges? Oui, et pas uniquement dans les grandes agglomérations wallonnes hautement peuplées, c’est du moins ce qu’il ressort des statistiques compilées par l’Institut wallon de l’évaluation, de la prospective et de la statistique (Iweps).

En 2020, dans plusieurs villes moyennes (entre 20000 et 30000 habitants), la part des permis d’urbanisme pour des appartements parmi les logements autorisés (nouvelles constructions) était très élevée: 92% à Eupen, 90% à Court-Saint-Étienne, 87,5% à Spa, 86% à Andenne, 83% à Arlon.

C’est trois fois plus qu’à Tournai (30%) et deux fois plus qu’à Namur (42%). Seule Liège affiche un ratio comparable (82%), devant Mons (72%) et Charleroi (60%).

Dans certaines communes, ce parti pris pour les immeubles à appartements s’accompagne d’un sérieux coup de frein à la délivrance des permis d’urbanisme pour la construction de maisons quatre-façades.

C’est le cas notamment à Andenne, commune de 28000 habitants. " Le bourgmestre n’autorise plus la construction d’une maison unifamiliale quatre-façades. Avant de mettre un terrain en vente, nous devons faire une demande préalable au service d’urbanisme de la ville ", nous explique le gérant de l’agence immobilière Closset. Un constat partagé par deux de ses confrères et un promoteur du cru.

Du côté du service de l’urbanisme andennais, on nuance: " toutes les demandes de permis sont examinées individuellement mais la volonté des autorités communales et régionales est de limiter au maximum les maisons quatre-façades ".

Ce n’est pas interdit mais fortement découragé donc: maximum 10 à 15 villas par an pour les dix communes de l’entité et uniquement si la construction répond au principe "de la dent creuse". Traduction: le permis d’urbanisme sera validé pour une villa quatre-façades construite sur un terrain de 8 ares et 15 m de large dans une rue où ce type de construction est la norme. Il sera refusé si la taille du terrain se prête à la construction de deux maisons mitoyennes ou d’un petit immeuble. " L’égoïsme forcené de la maison quatre-façades a fait son temp s", martèle le bourgmestre Claude Eerdekens.

Dans la cité gembloutoise, les immeubles à appartements poussent également comme des champignons, particulièrement dans le quartier de la gare. " La volonté politique est de densifier le quartier, près de 1000 logements vont y être construits au cours des dix prochaines années ", précise Julie Tessier, gérante de l’agence immobilière Trevi Tessier. Il y a de moins en moins de terrains disponibles et donc moins de maisons unifamiliales. Laville de Gembloux est devenue une extensio n de Louvain-la-Neuve ce qui explique la densification croissante qu’elle connaî t depuis plusieurs années ".

Mais la commune autorise encore la construction de maisons quatre-façades dans la campagne environnante, notamment dans la commune de Sauvenière.

La ville d’Eupen n’est pas en reste. " Il y a énormément de projets d’immeubles à appartements, même ceux lancés en pleine pandémie de Covid se sont bien vendus , précise la responsable de l’agence immobilière Copabat. Les deux dernières années, on a construit à Eupen environ 200 appartements, c’est beaucoup pour une ville de cette taille".

Les résidences neuves d’appartements ne sont plus seulement convoitées par les personnes âgées qui ne peuvent plus entretenir leur jardin et souhaitent habiter à proximité des services.

" Les besoins des clients évoluent , note Stephan Rees, directeur de l’agence Select Immo à Tubize. Même les plus jeunes ne veulent plus d’un terrain de 20, 15 et même 10 ares car ils ne veulent pas être esclaves de leur jardin. Le profil des acheteurs d’appartements a lui aussi évolué: des jeunes couples commencent par acheter un appartement à 200000 € qu’ils vont occuper pendant 5 ou 10 ans avant de le revendre avec une plus-value. Et ce capital, ils le réinvestissent dans l’achat d’une maison."

De manière générale, la moitié des appartements sont vendus à des jeunes et l’autre à des personnes âgées.

Autre tendance relevée par Renaud Grégoire, porte-parole de la Fédération royale belge du notariat (FedNot): " on voit fleurir des permis de bâtir pour des petits immeubles à appartements dans des villages. Il y a une demande pour ce type de logement émanant de personnes qui vivent en région très rurale et qui souhaitent rester dans leur village une fois qu’elles ont vendu leur maison ".


Erik DECKERS
Pim's webmaster (notamment...)
PIM.be srl

---------------------------------
Bien écouter, c'est presque répondre (Marivaux)

Hors ligne

Pied de page des forums

Pim.be : votre forum de l'immobilier résidentiel belge depuis 2002.

Les dernières discussions sont ici » Récentes | Sans réponse
Règlement du forum | Liste des membres