Au hasard de nos offres
  • Villa 1 990 000 € RHODE ST GENESE
  • Villa 1 290 000 € RHODE ST GENESE
  • Villa 2 800 000 € UCCLE
  • Maison 4 600 000 € BRUXELLES
  • Villa Sorry : trop tard ! RHODE ST GENESE
  • Villa 675 000 € RHODE ST GENESE
  • Penthouse 890 000 € UCCLE
  • Maison 1 600 000 € IXELLES
  • Villa 3 200 000 € UCCLE
  • Villa 770 000 € WATERLOO
  • Voir toutes les offres »

    Pim's newsetter

    Informations régulières gratuites : abonnez-vous !
    INSCRIPTION
    close-link
    luctus leo. consectetur porta. vel, justo

    forum   Vous n'êtes pas identifié(e) : Inscription :: Identification | Recherche Forum



    Calorimètres = Colèrimetres

    Alberto
    Pimonaute
    Inscription : 29-08-2013
    Messages : 18

    Calorimètres = Colèrimetres

    SLT à tous,

    Suis cp dans une cp de 40 lots à Bruxelles.
    On chauffe au gaz.
    C'est une firme qui releve les calorimetres.

    J'ai remarqué sur mes decomptes de cette firme que le nbre total d'unités de chauffage (donc de calorimetres) ne dépasse pas les 20% du total potentiel.

    Le total des calorimetres est de 3.600 unités (j'ai relevé tous les radiateurs et noté  les échèlles de chaque calorimetre)

    Est-ce normal, plausible, que la moyenne des relevés indique en general moins de 650 unités consommées?

    Par ex: un commerce au rez qui possede 5 radiateurs aurait consommé 76 unités de 450, de chauffage alors que pour mon flat, j'en ai consommé 34 de 92.

    Perso cela me semble un peu peu et cela maintien un prix unitaire élevé.

    voilà
    -/-

    Hors ligne

    grmff
    Pimonaute non modérable
    Lieu : Sibulaga, Onatawani
    Inscription : 25-05-2004
    Messages : 16 370
    Site Web

    Re : Calorimètres = Colèrimetres

    Bonjour et bienvenue sur le forum

    Si le commerce a beaucoup de spots, il sera chauffé par la chaleur générée par ces spots. Et il consommera très peu du chauffage de l'immeuble.

    Cela ne change pas le coût unitaire. En effet, s'il chauffe peu, l'immeuble consomme moins de chauffage et le total diminue aussi.

    Sinon, j'ai beaucoup aimé votre titre. Tellement réaliste et représentatif de l'incompréhension que les usagers ont de ce dispositif.


    Grmf!
    ----------------
    N'envie pas les autres. Tu ne sais pas ce que l'avenir leur réserve...

    Hors ligne

    rexou
    Pimonaute non modérable
    Lieu : bruxelles
    Inscription : 21-03-2010
    Messages : 6 891

    Re : Calorimètres = Colèrimetres

    Moi aussi j'ai bien aimé l'équation.  wink

    Ceci dit, les calorimètres sont un moyen, certes imparfait, de mesurer la consommation unitaire des radiateurs.

    L'échelle (la graduation de lecture) varie en fonction de la puissance du radiateur.  Et il arrive fréquemment que des différences apparaissent à ce niveau. Au départ, on peut supposer que chaque radiateur est échelonné en fonction de sa puissance relative. Au moins approximativement... Ce sont en effet les mêmes personnes, qui ont une vue d'ensemble de l'immeuble et des équipements de chauffe, qui harmonisent le choix des échelles.

    Par contre, en cas de remplacement d'un ou de plusieurs radiateurs, leur puissance peut varier fortement et l'employé chargé du remplacement des calos "calculera" (ou plutôt, estimera) quelle est la nouvelle échelle adéquate. Dans un même immeuble, pour des radiateurs de dimensions identiques, j'ai déjà vu des différences du simple au double.

    Il est évident que la proportion de cette différence se retrouvera directement dans la facture !

    Le nombre d'unités de consommation maximale est sans importance. Il faut que l'échelle soit proportionnelle à la puissance du radiateur et surtout que l'ensemble de l'immeuble soit harmonisé.


    rexou

    Hors ligne

    ChristopheDelagrange
    Pimonaute intarissable
    Inscription : 03-12-2012
    Messages : 689

    Re : Calorimètres = Colèrimetres

    rexou a écrit :

    L'échelle (la graduation de lecture) varie en fonction de la puissance du radiateur.

    C'est drôle comme système. Chez moi toutes les échelles étaient identiques, et c'est par calcul qu'on tient compte de la puissance de chaque radiateur.
    J'ai fait une étude technique de ce système qui est peu fiable. Une note sur mon nouveau blog.
    En tant qu'ingénieur je conteste cette méthode de mesure


    ________________________
    ’"Après les bombes incendiaires, le contrôle des loyers est le plus sûr moyen de raser une ville" (Assar Lindbeck)

    Hors ligne

    yvette
    Pimonaute assidu
    Inscription : 25-08-2013
    Messages : 33

    Re : Calorimètres = Colèrimetres

    ChristopheDelagrange a écrit :

    rexou a écrit :

    L'échelle (la graduation de lecture) varie en fonction de la puissance du radiateur. 

    C'est drôle comme système. Chez moi toutes les échelles étaient identiques, et c'est par calcul qu'on tient compte de la puissance de chaque radiateur.
    J'ai fait une étude technique de ce système qui est peu fiable. Une note sur mon nouveau blog.
    En tant qu'ingénieur je conteste cette méthode de mesure

    ou est ton blog stp?

    Hors ligne

    yvette
    Pimonaute assidu
    Inscription : 25-08-2013
    Messages : 33

    Re : Calorimètres = Colèrimetres

    grmff a écrit :

    Bonjour et bienvenue sur le forum

    Si le commerce a beaucoup de spots, il sera chauffé par la chaleur générée par ces spots. Et il consommera très peu du chauffage de l'immeuble.

    Cela ne change pas le coût unitaire. En effet, s'il chauffe peu, l'immeuble consomme moins de chauffage et le total diminue aussi.

    Sinon, j'ai beaucoup aimé votre titre. Tellement réaliste et représentatif de l'incompréhension que les usagers ont de ce dispositif.

    En approfondissant mes recherches, je découvre que les 5 radiateurs de la boutique non pas été relevé faute d'accès, le gerant était absent le jour du relevé. Colèribel a noté 5 x zéro et indiqué une consommantion arbitraire de 76!

    Ca veut dire que le releveur estimait une moyenne de consommation de 15.5 par radiateur. Facile!

    donc la boutique ne chauffe pas avec ses spots, c'est bien le relevé qui est défaillant et donc la répartition des frais est fausse.

    !Pas les spots, les relevés!

    -/-

    Hors ligne

    PIM
    Pimonaute non modérable
    Lieu : Uccle, Bruxelles, Belgique
    Inscription : 10-03-2004
    Messages : 11 860
    Site Web

    Re : Calorimètres = Colèrimetres

    yvette a écrit :

    En approfondissant mes recherches, je découvre que les 5 radiateurs de la boutique non pas été relevé faute d'accès,
    -/-

    yvette = alberto ???
    (cfr message initial)


    Erik DECKERS
    Pim's webmaster (notamment...)
    Propriétés Immobilières

    --------------------
    L'expérience est une lanterne attachée dans notre dos, qui n'éclaire que le chemin parcouru - (Confucius)

    Hors ligne

    yvette
    Pimonaute assidu
    Inscription : 25-08-2013
    Messages : 33

    Re : Calorimètres = Colèrimetres

    PIM a écrit :

    yvette a écrit :

    En approfondissant mes recherches, je découvre que les 5 radiateurs de la boutique non pas été relevé faute d'accès,
    -/-

    yvette = alberto ???
    (cfr message initial)

    Alberto, c'est mon frere qui est également cp, on utilise les memes codes.

    bon dimanche

    Hors ligne

    ChristopheDelagrange
    Pimonaute intarissable
    Inscription : 03-12-2012
    Messages : 689

    Re : Calorimètres = Colèrimetres

    yvette a écrit :

    En approfondissant mes recherches, je découvre que les 5 radiateurs de la boutique non pas été relevé faute d'accès, le gerant était absent le jour du relevé. Colèribel a noté 5 x zéro et indiqué une consommantion arbitraire de 76!

    ça peut mener à une grosse correction l'année suivante !
    J'ai eu le cas et ça m'a donné de grosses sueurs (correction de 1.500 euros l'an d'après)

    yvette a écrit :

    ou est ton blog stp?

    Voir ma signature


    ________________________
    ’"Après les bombes incendiaires, le contrôle des loyers est le plus sûr moyen de raser une ville" (Assar Lindbeck)

    Hors ligne

    rexou
    Pimonaute non modérable
    Lieu : bruxelles
    Inscription : 21-03-2010
    Messages : 6 891

    Re : Calorimètres = Colèrimetres

    yvette a écrit :

     

    En approfondissant mes recherches, je découvre que les 5 radiateurs de la boutique non pas été relevé faute d'accès, le gerant était absent le jour du relevé. Colèribel a noté 5 x zéro et indiqué une consommation arbitraire de 76!

    Ca veut dire que le releveur estimait une moyenne de consommation de 15.5 par radiateur. Facile!

    -/-

    Si l'employé de Caloribel n'a pas accès aux compteurs, il dépose dans la boite un avis de passage et une nouvelle date est fixée. Avec supplément de tarification pour le défaillant. Parfois même, un troisième passage est effectué. C'est un des principaux motifs de retard de la présentation des décomptes annuels.

    Si le relevé n'est toujours pas possible, il est en général tenu compte de la consommation de l'année précédente. A noter que les tubes de calorimètres (en tout cas pour les calos à évaporation) n'ayant pas été remplacés, le calcul de l'année suivante sera compromis.

    Il appartient au syndic de donner instruction à Caloribel pour la comptabilisation des unités supposées. Une ACP peut par exemple majorer la consommation de l'année précédente de 20%, ou de 50%, ou de manière progressive si répétition de la carence. Ceci pour les calos. Les relevés d'eau seront régularisés dès que leur lecture sera possible.


    rexou

    Hors ligne

    Francis
    Pimonaute incurable
    Lieu : Bruxelles
    Inscription : 28-05-2004
    Messages : 3 478

    Re : Calorimètres = Colèrimetres

    Il ne faut pas dénigrer les simples calorimètres qui sont un système simple et peu onéreux de repartir les frais de chauffage.
    Je me souviens d'un immeuble ou le propriétaire avait fait placer des compteurs intégrateurs (température de l'eau et volume de passage, donc fiable) et avait laisser un an les calorimètres pour comparer.  La différence était inférieure à 20% pour certains appartements particuliers et de moins de 10% pour les autres.


    Francis

    Il n´y a que deux définitions concernant l´infini:
    l´univers et la bêtise humaine...
    Albert Einstein...

    Hors ligne

    rexou
    Pimonaute non modérable
    Lieu : bruxelles
    Inscription : 21-03-2010
    Messages : 6 891

    Re : Calorimètres = Colèrimetres

    Francis a écrit :

    Il ne faut pas dénigrer les simples calorimètres qui sont un système simple et peu onéreux de repartir les frais de chauffage.

    C'est vrai, le système est peu onéreux et permet une répartition certes pas très précise mais cependant correcte.

    Mais pour que ce système fonctionne valablement, tous les occupants doivent permettre le relevé annuel. Il revient au syndic (sur mandat de l'AG) de pénaliser de manière dissuasive les défaillants. Il faut aussi que l'échelle des calos soit proportionnelle à la puissance de chauffe de chaque radiateur et ceci de manière identique dans chaque lot. Ce n'est pas toujours le cas, notamment en cas de remplacement de radiateur.

    Mais dans l'ensemble, le système offre un rapport prix/fiabilité satisfaisant, sans être parfait.


    rexou

    Hors ligne

    ChristopheDelagrange
    Pimonaute intarissable
    Inscription : 03-12-2012
    Messages : 689

    Re : Calorimètres = Colèrimetres

    Ce système est, dans certains cas, complètement faux, et je peux le prouver.
    C'est le cas notamment pour les radiateurs à 3 éléments ou plus.

    L'erreur vient du fait que la température n'est pas répartie uniformément sur le volume du radiateur, mais que le calorimètre lui se trouve à un endroit précis.
    Il ne peut donc intégrer que la température à cet endroit, qui n'est pas forcément proportionnelle à la chaleur dégagée.

    En outre, une des firmes que j'ai mandée pour le relevé ajoute une erreur grossière : en cas de relevée en cours d'année, par ex lors du départ d'un locataire, cette firme mélange les relevés intermédiaires et les relevés annuels dans le même calcul. Dans le cas d'un calorimètre à tubes, c'est faux et archi-faux : il y a une évaporation naturelles qui se fait même si le radiateur est coupé, et même en été : il faut en tenir compte, ce n'est pas toujours le cas.

    Pire encore, cette firme a chez moi mélangé un relevé fait après deux ans (absence du locataire la première année) ,avec des relevés annuels : complètement faux, honteux, et moi ça m'a valu un paquet d'ennui, puisque cette firme n'a jamais voulu admettre l'erreur. Il se fait que l'échelle du calorimètre est étalonnée pour un an, et que tout relevé fait avant ou après est entaché d'une erreur, d'autant plus grande qu'on est loin de la date du relevé annuel


    ________________________
    ’"Après les bombes incendiaires, le contrôle des loyers est le plus sûr moyen de raser une ville" (Assar Lindbeck)

    Hors ligne

    yvette
    Pimonaute assidu
    Inscription : 25-08-2013
    Messages : 33

    Re : Calorimètres = Colèrimetres

    ChristopheDelagrange a écrit :

    Ce système est, dans certains cas, complètement faux, et je peux le prouver.
    C'est le cas notamment pour les radiateurs à 3 éléments ou plus.

    L'erreur vient du fait que la température n'est pas répartie uniformément sur le volume du radiateur, mais que le calorimètre lui se trouve à un endroit précis.
    Il ne peut donc intégrer que la température à cet endroit, qui n'est pas forcément proportionnelle à la chaleur dégagée.

    En outre, une des firmes que j'ai mandée pour le relevé ajoute une erreur grossière : en cas de relevée en cours d'année, par ex lors du départ d'un locataire, cette firme mélange les relevés intermédiaires et les relevés annuels dans le même calcul. Dans le cas d'un calorimètre à tubes, c'est faux et archi-faux : il y a une évaporation naturelles qui se fait même si le radiateur est coupé, et même en été : il faut en tenir compte, ce n'est pas toujours le cas.

    Pire encore, cette firme a chez moi mélangé un relevé fait après deux ans (absence du locataire la première année) ,avec des relevés annuels : complètement faux, honteux, et moi ça m'a valu un paquet d'ennui, puisque cette firme n'a jamais voulu admettre l'erreur. Il se fait que l'échelle du calorimètre est étalonnée pour un an, et que tout relevé fait avant ou après est entaché d'une erreur, d'autant plus grande qu'on est loin de la date du relevé annuel

    quel produit y a-til dans ces tubes, et ce colorant?

    Hors ligne

    Francis
    Pimonaute incurable
    Lieu : Bruxelles
    Inscription : 28-05-2004
    Messages : 3 478

    Re : Calorimètres = Colèrimetres

    Bien sûr il faut que l'échelle du calorimètre soit adapté à la puissance du radiateur.  Un radiateur à trois panneaux est évidemment trois fois plus puissant qu'un radiateur de même dimension à un seul panneau.

    Le système doit être homogène pour tout l'immeuble et un changement de radiateur doit entraîner un changement du calorimètre. 
    Dans les installations modernes de chauffage, il n'y a que peu de Différence  de température entre les différents endroits d'un même radiateur.
    Si différence importante il y a, il faut faire examiner l'installation.

    Les erreurs humaines pénalisent tous les systèmes de répartition et pas seulement les calorimètres.


    Francis

    Il n´y a que deux définitions concernant l´infini:
    l´univers et la bêtise humaine...
    Albert Einstein...

    Hors ligne

    ChristopheDelagrange
    Pimonaute intarissable
    Inscription : 03-12-2012
    Messages : 689

    Re : Calorimètres = Colèrimetres

    Francis a écrit :

    Bien sûr il faut que l'échelle du calorimètre soit adapté à la puissance du radiateur.  Un radiateur à trois panneaux est évidemment trois fois plus puissant qu'un radiateur de même dimension à un seul panneau.

    Ce n'est pas ça le problème, le problème c'est que la chaleur n'est pas répartie uniformément dans le radiateur, du moins s'il fonctionne à puissance < maximale.

    Le principe utilisé est bon, mais pour avoir une mesure fiable, il faudrait que le calorimètre mesure la température à plusieurs  endroits.

    La valeur relevée par le calorimètre n'est pas proportionnelle à la quantité de chaleur délivrée par le radiateur dans certains cas : parce que cette chaleur se répartit de manière très différente en fonction du débit d'eau, qui est variable en fonction de la vanne... Et si c'est une vanne thermostatique : quand elle module, le résultat peut être aberrant


    Dans le cas de radiateurs à plusieurs pannaeux ( 3 et plus) la différence peut être incroyable

    J'ai même eu des locataires qui avaient  trouvé le truc : laisser le radiateur à puissance réduite 24h/24 : le niveau avait baissé de 1 millimètre dans le tube : oui, 1 millimètre en un an, et c'est un gros radiateur, le plus important de l'appartement. Pour un autre radiateur à 2 éléments, le niveau avait baissé de 5 mm, alors qu'il est dans la chambre


    Fâché le bailleur qui a fait placer des colérimètres !

    mad


    ________________________
    ’"Après les bombes incendiaires, le contrôle des loyers est le plus sûr moyen de raser une ville" (Assar Lindbeck)

    Hors ligne

    rexou
    Pimonaute non modérable
    Lieu : bruxelles
    Inscription : 21-03-2010
    Messages : 6 891

    Re : Calorimètres = Colèrimetres

    ChristopheDelagrange a écrit :

    Ce système est, dans certains cas, complètement faux, et je peux le prouver.
    C'est le cas notamment pour les radiateurs à 3 éléments ou plus.

    L'erreur vient du fait que la température n'est pas répartie uniformément sur le volume du radiateur, mais que le calorimètre lui se trouve à un endroit précis.
    Il ne peut donc intégrer que la température à cet endroit, qui n'est pas forcément proportionnelle à la chaleur dégagée.

    En outre, une des firmes que j'ai mandée pour le relevé ajoute une erreur grossière : en cas de relevée en cours d'année, par ex lors du départ d'un locataire, cette firme mélange les relevés intermédiaires et les relevés annuels dans le même calcul. Dans le cas d'un calorimètre à tubes, c'est faux et archi-faux : il y a une évaporation naturelles qui se fait même si le radiateur est coupé, et même en été : il faut en tenir compte, ce n'est pas toujours le cas.

    Pire encore, cette firme a chez moi mélangé un relevé fait après deux ans (absence du locataire la première année) ,avec des relevés annuels : complètement faux, honteux, et moi ça m'a valu un paquet d'ennui, puisque cette firme n'a jamais voulu admettre l'erreur. Il se fait que l'échelle du calorimètre est étalonnée pour un an, et que tout relevé fait avant ou après est entaché d'une erreur, d'autant plus grande qu'on est loin de la date du relevé annuel

    - Soit la température est relativement uniforme sur toute la surface de chauffe, soit votre radiateur doit être purgé. La position des calos est identique sur chaque radiateur, ce qui relativise le problème.

    - En cas de changement de locataire, il est préférable d'effectuer vous même un relevé intermédiaire sans remplacement des tubes. L'évaporation naturelle est normale; il en est ainsi pour chaque radiateur et chaque occupant. De plus, les premières graduations sont plus espacées que les suivantes, justement pour tenir compte de ce phénomène. Il n'est pas anormal de payer pour cette "évaporation naturelle", même si le radiateur n'est jamais ouvert. En effet, tous les radiateurs de l'immeuble étant fermés, l'eau circule et se refroidit dans les tuyaux. Ce faisant, elle chauffe l'ensemble de l'immeuble et implique une consommation énergétique. Donc un prix à payer.

    - Le locataire absent qui ne permet pas le relevé des calos est responsable et doit assumer les conséquences de ses manquements. Pour rappel, en cas d'absence, un second, voire un troisième passage est prévu. La négligence doit normalement être pénalisée et ne l'est bien souvent pas en suffisance. La pénalité doit être dissuasive pour ne pas compromettre l'ensemble du système au détriment des autres occupants.

    Dans mon ACP, je me bats justement pour qu'il soit facturé 150% de la consommation de l'année précédente en cas de non relevé de calos. Et si la situation se reproduit, on revalorise à 150% du forfait précédent... Pareil pour les compteurs d'eau (chaude et froide) bloqués que le CP néglige de faire remplacer.


    rexou

    Hors ligne

    ChristopheDelagrange
    Pimonaute intarissable
    Inscription : 03-12-2012
    Messages : 689

    Re : Calorimètres = Colèrimetres

    rexou a écrit :

    - Soit la température est relativement uniforme sur toute la surface de chauffe, soit votre radiateur doit être purgé. La position des calos est identique sur chaque radiateur, ce qui relativise le problème.

    Pas vraiment. Radiateur purgé et installation impeccable.

    Un radiateur qui fonctionne a faible puissance n'a pas une répartition uniforme de la température, du moins pour les gros radiateurs
    Faites l'expérience, mettez un radiateur a puissance faible ou moyenne, mettez votre main un peu partout : la température est loin d'être uniforme.
    Prenez un gros radiateur à 3 ou 4 éléments, faites le marcher à faible puissance ; l’élément de devant est moins chaud que les autres : logique : les tuyaux arrivent à l'arrière et pas au milieu, les pertes de charge sont plus grandes devant que derrière : l'eau passe par le chemin le plus facile : l'arrière; Mais le calorimètre est à l'avant !

    Dans le temps les calorimètres étaient mis à mi-hauteur. Ils ne marquaient pas assez. On les a mis à 2/3 de hauteur. Encore quelques problèmes; Maintenant ont les met parfois tout en haut : ils marquent plus mais c'est tout aussi faux : la chaleur monte et s'accumule en haut du radiateur. Le calorimètre marque bien, oui, mais il marque autant quand le radiateur va faiblement que quand il va à pleine puissance : l'erreur se fait dans l'autre sens.

    Impossible d'avoir une mesure correcte si la température est prise en compte à un seul endroit : si le débit d'eau est fort, ça marche, le débit parvient à faire descendre la chaleur (arrivée vers le haut)
    s'il est faible, c'est caduc. Or si le radiateur est muni d'une vanne thermostatique, la vanne module le débit. Lorsque la température requise dans la pièce est atteinte, le débit diminue fortement : à ce moment là on a de grosses erreurs de mesures au calorimètre

    Accessoirement je suis ingénieur, et peut être le seul dans ce pays à avoir aussi étudié la plomberie aux arts et métiers à Bruxelles

    Je suis incollable sur le sujet, j'ai fait plusieurs installations de chauffage. Je modifie les chaudières, j'ajoute des micro-processeurs, des logiciels de contrôle.

    Les mesures par calorimètres sont entachées d'erreurs, et donnent parfois des résultats de 2 à 3 fois inférieurs ou supérieurs aux valeurs réelles.

    rexou a écrit :

      L'évaporation naturelle est normale; il en est ainsi pour chaque radiateur et chaque occupant. De plus, les premières graduations sont plus espacées que les suivantes, justement pour tenir compte de ce phénomène..

    Non.

    Les graduations sont plus espacées parce que l'évaporation n'est pas la même selon la hauteur de liquide.

    On tient compte de l'évaporation naturelle en remplissant le tube au-delà de la valeur "0". En un an sans que le radiateur marche, le niveau revient à "0".
    Bon.
    Quand on mélange des valeurs relevées prises en cours d'année avec des valeurs prises au bout d'un an, on obtient une grosse erreur : parce que l'échelle n'est pas la même. L'échelle est prévue pour une durée de 1 an. Si l'on fait un relevé après 6 mois, l'évaporation naturelle est moitié moindre. On ne peut pas combiner cette valeur avec des valeurs prises à un autre moment dans le même calcul ! Pourtant ça se pratique, en tous cas dans cette firme qui a  un bureau en province de Liège.

    Tout cela est archi-faux d'un point de vue scientifique. Je me suis battu avec cette firme pour qu'ils fassent des calculs plus justes, et pas au plus expéditif. Parfois ils m'ont suivi.

    rexou a écrit :

    - Le locataire absent qui ne permet pas le relevé des calos est responsable et doit assumer les conséquences de ses manquements. Pour rappel, en cas d'absence, un second, voire un troisième passage est prévu. La négligence doit normalement être pénalisée et ne l'est bien souvent pas en suffisance. La pénalité doit être dissuasive pour ne pas compromettre l'ensemble du système au détriment des autres occupants.

    C'est bien mais c'est fort théorique. Quand on se retrouve devant un juge socialiste à devoir défendre ce principe, en 5 minutes (avec en outre d'autres gros problèmes à débattre), on ne rigole pas.
    J'ai eu le cas : deux passages, deux absences. Pour la première j'étais prévenu, pour la seconde, ni la firme ni le loc ne m'a dit que le relevé n'était pas fait. Je me retrouve après 2 ans avec une note hallucinante de 2.000 euros pour un appart. Monsieur avait laissé ses vannes ouvertes 24h/24. Provision de 500 euros, il restait 1.500 à payer. Gros dégâts locatifs, libération de la garantie sans mon accord, la totale quoi.
    Depuis, plus de calorimètres.

    Quand j'ai le temps, par exemple à 4 ou 5 heures du matin, j'explique ce genre de chose dans mon blog, parce que j'ai tellement un gros sac à vider, que soit c'est le psy, soit c'est le blog.


    ________________________
    ’"Après les bombes incendiaires, le contrôle des loyers est le plus sûr moyen de raser une ville" (Assar Lindbeck)

    Hors ligne

    rexou
    Pimonaute non modérable
    Lieu : bruxelles
    Inscription : 21-03-2010
    Messages : 6 891

    Re : Calorimètres = Colèrimetres

    Je ne suis pas ingénieur et je peux admettre le bien fondé de votre raisonnement.

    Le système est imparfait et reste d'une précision discutable. Mais il n'en demeure pas moins que la situation que vous décrivez est identique chez tous les occupants.

    On pourrait aussi débattre de l'orientation de la pièce, des tuyaux de passage, de la situation du rez ou de l'appartement sous toit, etc... Il n'empêche que le système de calorimètres est un moyen de répartition peu couteux et d'une fiabilité acceptable.

    Les clés de répartition, par exemple eau chaude/chauffage, ou prorata choisi de frais fixes selon les quotités (de 0 à 50%) et unités consommées sont aussi des facteurs qui peuvent influencer la note individuelle.

    Tout système plus couteux, même s'il est d'une fiabilité exemplaire ne ferait qu'augmenter la facture totale. Chaque ACP reste bien sur libre d'opter pour une autre solution... mais le calo de base à évaporation reste encore le plus utilisé. Malgré les critiques ou les défauts...


    rexou

    Hors ligne

    ChristopheDelagrange
    Pimonaute intarissable
    Inscription : 03-12-2012
    Messages : 689

    Re : Calorimètres = Colèrimetres

    rexou a écrit :

    Je ne suis pas ingénieur et je peux admettre le bien fondé de votre raisonnement.

    Le système est imparfait et reste d'une précision discutable. Mais il n'en demeure pas moins que la situation que vous décrivez est identique chez tous les occupants.

    Non, les radiateurs ne sont pas forcément tous les mêmes, il peut y avoir des gros et des petits, à 2 3 ou 4 éléments.

    De plus, et c'est là le gros problème, tout le monde ne sa chauffe pas de la même manière.

    Or d'après mes observations, un radiateur à plein régime marque mieux qu'un radiateur à faible régime. Je veux dire par là que celui à plein régime marque trop (ou que les autres marquent trop peu). Parce que pour celui qu marche moins fort, la chaleur se concentre vers le haut en raison du débit faible de l'eau. Pour celui qui va à forte puissance, la répartition est meilleure. Le débit d'eau repousse la chaleur vers le bas.

    Donc, celui qui coupe ses radiateurs toute une journée et les met à fond une ou deux heures le soir est pénalisé. Celui qui les laisse couver tout le  temps est favorisé. Le monde à l'envers !

    Non, ce n'est pas forcément juste, ça l'est +/- quand les appartements ont les mêmes radiateurs partout et que les occupants ont des habitudes semblables.

    Évidemment, ce que je dis ne plait pas à tout le monde. Je reconnais que moi-même, quand j'utilisais ce système, je n'aurais oser avouer des défauts pareils... A présent que je suis libéré de cette fantaisie, je me permets.

    Outre les erreurs de mesure, la firme que j'employais en ajoutait par son manque de sérieux technique : mélange dans un calcul de valeurs hétérogènes dans le temps, calorimètres qui manquent de conduction thermique avec le radiateur (espace entre les deux), calorimètres placés de façon approximative (à 3 ou 4 centimètres près)

    Mais le pire c'est des calculs avec des valeurs relevées dans des périodes différentes (cas où un locataire part en cours d'année). Si l'on ajoute pas une valeur par défaut correspondant à la différence d'évaporation naturelle, c'est complètement faux.

    Un exemple : un locataire part fin décembre. Le relevé annuel avait été fait en septembre. Au départ du loc, les calorimètres ont une valeur négative. Bah oui, pour tenir compte de l'évaporation naturelle, leur échelle commence plus haut que "0" puisqu'on met trop de liquide (qui s'évapore donc tout seul en cours d'année). Que fait la firme ? Les valeurs sont <0 , alors elle met "0", et le loc ne paie RIEN ! Honteux !
    Parce que les autres paient plus, et dans ceux qui paient plus, il y a ce type qui n'était pas là l'année passée pour le relevé, pour qui on a pris une valeur par défaut trop petite, qui a consommé à mac. Et ce type qui a déjà une consommation élevée, on lui ajoute encore des erreurs de calcul qui font monter sa dette.

    Eh ben moi chers amis, sachant tout cela mais ne pouvant le dire, parce que si je voulais revoir mes sous il fallait pas que je commence à critiquer "mon" système; Moi qui savais toutes ces erreurs et devais récupérer 1.500 euros, je vous assure que j'étais mal devant le locataire et le juge. Parce que je suis 100 % honnête et que ça me minait.

    Alors qu'ai-je fait , Ha ha le gros con. J'ai refait le calcul moi-même, j'ai essayé de faire valoir ce calcul auprès de la firme, qui m'a envoyé balader avec des arguments débiles (genre : on est conforme à la norme xxxx, ou c'est votre installation qui ne va pas...). Ensuite j'ai négocié avec le locataire pour qu'il me paie un rabais, soit 300 euros de moins.
    Donc par soucis d'honnêteté j'ai accepté de perdre 300 € et de ne rien dire... Parce que c'était si tendu que si j'avais avoué la moindre défaillance au loc, il aurait sauté dessus. J'ai d'ailleurs essayé mais j'ai vu le topo tout de suite ; dès que j'ai osé dire que peut-être il fallait corriger ... Ah ! Salaud de proprio qui essaye de nous avoir ! On va pas se laisser faire ! Donc j'ai éludé et pris sur moi la différence

    Bon avec tout ça je suis de nouveau hyper-stressé, je vais pas dormir avant 5 heure.


    ________________________
    ’"Après les bombes incendiaires, le contrôle des loyers est le plus sûr moyen de raser une ville" (Assar Lindbeck)

    Hors ligne

    Pied de page des forums

    Pim.be : votre forum de l'immobilier résidentiel belge depuis 2002.

    Les dernières discussions sont ici » Récentes | Sans réponse
    Règlement du forum | Liste des membres



    derniers-tweets-small Derniers tweets

    Retweeted Muriel MICHEL (@mumitim): La réforme des régimes matrimoniaux entre en vigueur le 1er septembre, en même temps que le nouveau droit successoral. Qu'est-ce que ça change pour vous? lecho.be/r/t/1/id/10034… via @monargentbe

    Hier De PIM's Twitter

    Au hasard de nos offres
  • Appartement 735 000 € UCCLE
  • Villa 2 980 000 € WATERLOO
  • Maison 549 000 € UCCLE
  • Maison 4 600 000 € BRUXELLES
  • Villa 2 800 000 € UCCLE
  • Appartement 435 000 € ST-GILLES
  • Appartement 875 000 € FOREST
  • Villa Sous option BEERSEL
  • Appartement À partir de 365 000 € BRUXELLES
  • Maison 1 200 000 € UCCLE
  • Voir toutes les offres »

    commodo in commodo Phasellus dictum eleifend ut quis ipsum mattis ultricies ut