forum   Vous n'êtes pas identifié(e) : Inscription :: Identification | Recherche Forum



Déposer une requête et se défendre soi-même en justice?

grmff
Pimonaute non modérable
Lieu : Sibulaga, Onatawani
Inscription : 25-05-2004
Messages : 18 914
Site Web

Déposer une requête et se défendre soi-même en justice?

Voici un petit topo à l'usage des propriétaires débutants qui ont affaire à un locataire indélicat.

Personnellement, pour des problèmes de location, je fais "tout moi-même". Je vous partage donc mon expérience, et les "conseils" que je donne en général à ceux qui veulent se lancer dans l'aventure de la Justice de Paix.

Les conseilleurs ne sont pas les payeurs, et je décline bien entendu toute responsabilité de l'usage que vous pourriez faire de ces informations...

Tout d'abord, il ne faut pas hésiter à se lancer. La Justice de Paix est généralement accessible, et il est généralement facile de se défendre soi-même.

1. Quand aller en justice?
Un retard de un mois et un jour justifie une action en justice de paix. Le locataire qui vous dit qu'il a jusqu'à la fin du mois pour vous payer vous raconte n'importe quoi. Parfois poussé dans le dos de manière idiote par des amis, ou des associations de locataires.

Ma "procédure":
Une semaine de retard = rappel par sms ou mail
Deux semaines de retard = mise en demeure par sms ou mail.
Si mensonge ou salade, requête immédiate.
Si pas de réaction, requête le 1er jour du 2e mois.

Je n'envoie plus de recommandé depuis longtemps...

2. Le dépôt de requête
2.1 Vous devez vous procurer le certificat de domicile des locataires. Pour cela, il vous faut vous rendre à la commune où ils sont domicilié. Parfois gratuit, parfois 7.5€ par certificat. Certaines communes exigent, illégalement, une preuve que c'est pour une action en justice, avec un formulaire de la justice de paix.
2.2 Déposer la requête au Greffe de la Justice de Paix de l'endroit où se trouve le logement. Dont coût de 20€ seulement. C'est la contribution au fond des victimes ou quelque chose. Le droit de mise au rôle sera réclamé par le fisc  au "perdant", par voie d'avertissement extrait de rôle.

Pour écrire la requête, vous pouvez vous remplir le modèle que le greffe vous donnera, ou l'écrire en vous inspirant du modèle qu'on retrouve sur un excellent site

3. Préparer l'audience
Pour se préparer à une audience, rien de tel que de savoir comment elle se passe! Si vous n'y avez jamais été, allez à l'audience précédente (généralement la semaine précédente, le même jour)

Tout le monde est convoqué en même temps, à 8H30, 8H45 ou 9H selon les Tribunaux (et l'horaire du Juge de Paix...)
L'audience est publique. Donc, tout le monde peut y assister, et tout le monde peut entendre ce qu'il s'y passe. Et comment cela se passe.

Les avocats passent d'abord, dans un ordre de préséance qui me dépasse un peu (bâtonnier d'abord, ancien bâtonnier ensuite, etc.) Cela fait partie du "folkore"...

La justice de paix est compétente pour les petites sommes (moins de 1250€ environ), pour les affaires de voisinage, et pour les affaires de location (quel que soit le montant)

Vous verrez donc défiler des cas de note d'hôpital impayées, mais aussi des notes d'électricité, de téléphone, de gsm, de gaz, d'eau, de redevance parking, etc. Et une bonne part de problèmes de location.

Chaque juge étant maître en son tribunal, il a ses habitudes. Si vous trouvez de la "jurisprudence" sur internet, certains juges vous rembarreront. Pour eux (et avec raison, puisqu'ils sont seuls juges en leur tribunal...), la jurisprudence n'est jamais que l'avis d'un autre juge pour un autre cas pour d'autres parties dans un autre contexte, qui n'engage que l'autre juge... (dixit... et de rajouter que c'est valable pour la cour de cassation aussi!)

Donc, en allant à l'audience d'avant, vous pouvez vous rendre compte de sa manière de travailler. Et ses marottes. Et ce qui l'énerve (ne pas énerver un juge...) ou ce qu'il apprécie de voir dans un dossier.

Si vous avez du temps, vous pouvez même aller à l'audience avant de rédiger votre requête...

4. L'audience
Le juge se base, en principe, sur les pièces. En pratique, la tête du client et sa crédibilité joue aussi, comme dans tous les rapports humains.

Donc, coupez votre GSM pendant l'audience, soyez propre sur vous. Perso, je ne vais pas jusqu'au costume ni jusqu'à la cravate. Restez poli et courtois, gardez votre calme (et c'est pas toujours facile), même si votre locataire est présent et de mauvaise foi.

4.1 Si le locataire n'est pas là
Vous avez gagné. Le juge prend jugement "par défaut", et normalement le jugement est "conforme", souvent rendu "fin d'audience"

Un "jugement conforme" est un jugement qui vous donne tout ce que vous avez demandé. Il est "conforme" à la requête.

Parfois le juge réduit d'office certaines prétentions qu'il estime excessives. On m'a toujours dit qu'il en peut pas, mais qu'il est seul maître à bord et "statue en équité". Certains juges sont plus équitables que d'autres, spécialement pour le locataire...

4.2 Si le locataire est là personnellement et de bonne foi
Vous passerez après tous les avocats.

Vous pouvez encore tentez de trouver un arrangement. Tant que les avocats sont présents, vous ne serez pas appelés. Vous pouvez sortir de la salle pour discuter dehors et pour trouver un arrangement qui convienne aux parties. Si vous ne concédez rien du tout, cela ne lui servira à rien.

Un locataire qui a eu un accident de parcours mais qui est solvable sur le long terme, je propose que la dette soit payée en plusieurs fois (min 100€ - max 10 mensualités) en même temps que le loyer. Et je demande au juge (qui le fait généralement) que pour une mensualité impayée, ou un loyer impayé pendant la période de l'échéancier , le jugement soit "conforme" et exécutable sans repasser par le tribunal.

Cela permet à un locataire de bonne foi de se remettre en ordre. Cela montre votre bonne volonté. C'est raisonnable pour tout le monde. C'est parfois ce que le juge décide de lui-même. C'est moins brutal. Le locataire marque généralement son accord.

Certains juges constatent alors l'accord mutuel. Plus besoin de signifier... puisque ce n'est pas un jugement. On gagne des sous si l'autre est insolvable.

4.3 S'il est présent et de mauvaise foi
Si le cas est évident, je demande au juge de prendre décision.
S'il demande le temps de prendre un avocat, je demande au juge de remettre à très brève échéance si le locataire est encore dans les lieux. Sinon, je demande à pouvoir reprendre les lieux immédiatement.

4.4 Si un avocat est présent
Ne pas se laisser démonter.
S'il arrive avec des arguments nouveaux, il y a plusieurs possibilités. Et évidemment, cela se corse.

Sachez que de toute façon, vous avez le droit de "répliquer". Donc, si l'avocat dépose des conclusions, vous avez le droit de demander un report d'audience pour répliquer... et éventuellement passer par un avocat si vous ne vous sentez pas à l'aise.

5 . Droit de réplique
Le droit de réplique est un principe qu’il faut bien comprendre. Le juge ne va se baser, officiellement, que sur les conclusions écrites et les annexes éventuelles pour prendre sa décision, basée évidemment sur la loi.

Si vous déposez des conclusions, la partie adverse peut y répliquer. C’est son droit. Et donc, elle peut déposer à son tour des conclusions, qui seront examinées à une audience ultérieure. Et paf, 3 mois de perdu. Pour éviter des reports interminables et continuels, et éviter que les avocats dit véreux ne fassent durer les procédures, le législateur a inventé le 747 (voir le paragraphe suivant.)

Lors de l’audience de plaidoirie, vous pouvez illustrer votre propos avec des documents. Mais attention, si vous les déposez, et que la partie adverse l’accepte, c’est reparti pour un tour : il a le droit de répliquer. Et hop, encore 6 mois de perdus. D’où la différence entre « illustrer » et « déposer »
Ce principe du droit de réplique est important, pour comprendre les décisions du juge, et les implications de vos actions.


6. Le 747
Le 747 est un avion fantastique, surnommé en premier « Jumbo Jet » et conçu à partir de 1965. Merci Wikipedia.

Mais c’est aussi le numéro d’un article du Code Judiciaire qui permet au juge de fixer un calendrier, amiable ou non, de dépôt des « conclusions » des parties (c'est-à-dire vous et votre locataire)

La règle légale, c’est l’un qui dépose ses conclusions dans le mois, l’autre qui réplique dans le mois, l’un qui donne ses conclusions additionnelles et/ou de synthèse, et l’autre qui réplique.

Les parties peuvent aussi s’accorder sur un calendrier plus court, et proposer ce calendrier au juge, qui acceptera généralement ce calendrier.
J’ai déjà déposé des conclusions en audience, en disant que mes conclusions étaient donc déposées, et que j’attendais la réplique de l’avocat d’en face (et hop, un mois de gagné). J’ai aussi déjà dit que 15 jours me suffisaient pour répliquer (et hop, 15 jours de gagnés)

Dans vos premières conclusions, vous devez TOUT mettre. Par la suite, dans les conclusions de synthèse, vous ne pourrez pas apporter d’élément nouveau. L’idée est que la partie adverse doit pouvoir répliquer à vos arguments.

Donc, rajouter une pièce par la suite qui démontre la mauvaise foi du locataire, joindre un état des lieux ou dire que les dégâts sont évalués par un expert à 10.000€ doit être fait dans les conclusions initiales. Pas dans les conclusions additionnelles.

Vous pouvez, je pense, amener des éléments qui démontrent l’erreur de l’adversaire dans les conclusions additionnelles. Vous pouvez y répliquer. Mais pas en sortant un lapin de votre chapeau.

Les conclusions additionnelles sont des conclusions qui se rajoutent à vos premières conclusions. Les conclusions de synthèse reprennent le tout et réécrit le tout. Et on mentionne qu’elle annulent et remplacent les conclusions précédentes, histoire que le juge ne doive pas se retaper la lecture de l’ensemble. Cela énerve les juge de relire deux fois la même histoire, et il ne faut pas énerver le juge…

Que se passe-t-il si le calendrier est dépassé ? Ben, les conclusions sont supposées non écrites. Donc, attention à ne pas dépasser les délais…

7. Vue des lieux
Une vue des lieux, c’est le juge qui vient dans l’appartement avec son greffier, et éventuellement un expert, pour se faire son opinion et confronter les parties à la réalité de la chose.

Par exemple, c’est utilisé dans le cas où le locataire traite son proprio de marchand de sommeil, en précisant que le bien est insalubre, qu’il y a de la condensation, que tout est vieux et pas entretenu, que la situation est dangereuse, qu’il y a des fuites d’eau, etc.

La partie qui demande la vue des lieux doit payer cette vue des lieux. Prix ridicule, mais c’est une partie de la procédure. Si la vue des lieux n’est pas payées, elle ne se fait pas. Donc, ne pas oublier de la payer. Si le demandeur est en pro-déo, elle est gratuite…

Souvent, le juge vient sur place, demande l’avis de son expert s’il en a fait venir un, et puis une autre audience est reprogrammée (et hop, un ou deux mois de perdu). Mais en fait, techniquement, la vue des lieux est un déplacement du tribunal et de l’audience. La vue des lieux EST une audience, et le juge peut parfaitement, si l’affaire est simple (ou simplifiée par votre accord avec le juge…), prendre un jugement s’il estime que l’affaire est en l’état !!! Question de crédibilité sans doute…

8. Audience préliminaire, audience de plaidoirie (1)
Lorsque vous déposez une requête, vous êtes convoqué pour une audience publique en Justice de Paix, dans un délai variable, selon les saisons. Juste après les vacances, le délai est plus long parce qu’il faut rattraper le retard. Les huissiers, qui fixent librement, fixent plein d’audiences à la sortie des vacances, et donc, cela retarde le tout. Sinon, les délais sont, pour Charleroi par exemple, de l’ordre d’une quinzaine de jours.
Lors de cette première audience, avec un locataire de bonne foi sans avocat, vous obtenez généralement  un jugement équilibré et l’affaire est faite.

Avec un locataire de mauvaise foi, l’audience est souvent reportée d’une semaine ou 15 jours, le temps de trouver un avocat. S’il n’en a pas à l’audience suivante, évidemment, le juge ne reporte plus et apprécie moyennement…  Mais cela reste l’audience générale.

Par contre, si vous demandez un 747, ou si l’affaire nécessite une «plaidoirie », on vous fixe à un autre type d’audience. Il s’agit de l’audience de plaidoirie. A cette audience, plutôt que d’être invité comme tout le monde à 9h du matin, on vous fixe à heure fixe, pour une durée fixe, afin que vous puissiez plaider votre affaire. Comme à la TV…

J’avoue que la 1ere fois, j’étais impressionné. Bon, à force, on connait le juge. C’est la même salle que pour les audiences préliminaires. Il y a moins de monde. Mais c’est un brin plus formel. Et plus long. Parce qu’expliquer son cas et le défendre en 10 minutes, c’est loin d’être évident.

Je suis une fois arrivé en retard (pas toujours doué, moi…) et l’affaire avait été plaidée. Le juge m’a dit « trop tard », en rajoutant « pas grave, je vais noter que vous étiez là » et de terminer  « de toute façon, j’ai le dossier et je jugerai sur le dossier ».  Affaire compliquée, pas encore jugée, pour laquelle c’était mauvaise foi contre bonne foi, parole de l’un contre parole de l’autre. Bigre que j’aurais dû être là… Mais cet épisode n’est pas pour raconter ma vie : c’est juste pour dire l’importance d’un bon dossier écrit.

Il y a ce genre d’audience de plaidoirie à la grosse louche une fois sur 10 (pour moi). Ce sont toujours des cas compliqués, toujours après un 747. Dans un cas compliqué, je conseille au débutant de se faire assister d’un avocat. Personnellement, je me suis toujours défendu moi-même en matière locative en justice de paix. Mais j’ai un peu de pratique, n’est-ce pas…


9. Signification, opposition, appel
Après l'audience, vous devez attendre d'avoir le jugement.

Evidemment, plusieurs possibilités s'offrent à vous.
9.1 Si il y a accord lors de l'audience
Allez chercher la copie du jugement (1ère copie gratuite) pour vos archives, et vérifiez que votre locataire paye conformément à l'accord.

9.2. Si le locataire est insolvable et déjà parti
Si le locataire est insolvable et déjà parti, inutile de passer par les huissiers. Ménagez vous la preuve de son départ (témoins, notamment) allez chercher une copie simple du jugement, et portez la à la banque pour faire débloquer la garantie à votre profit.

9.3 Si il reste et persiste...
Si votre locataire reste et persiste et signe, s'il reste sourd à toutes les propositions et tentatives amiables malgré le jugement, vous n'avez d'autre choix que la procédure lourde...

Allez chercher l'expédition du jugement. Faites bien attention de ne pas la perdre, car on ne sait pas l'obtenir facilement une 2e fois... Cela évite que l'huissier ne perde son temps en courrier avec le greffe. Et hop, 15 jours de gagnés.

Et portez cette expédition à l'huissier de votre choix. Mon expérience est que cela va très rarement jusque là. Et uniquement avec des personnes de très mauvaise foi... Vous savez, le genre de personne qui se fait expulser tous les 6 mois, et qui devrait être fiché sur une liste noire des locataires...

L'huissier fera alors son travail: signification, mise en demeure, expulsion. Choisissez bien votre huissier, car il y en a de bon, de moins bon, et de très très mauvais...

9.4 Opposition
Si le locataire n'était pas présent, il peut encore faire opposition au jugement. Vu le coût de l'opposition (huissier et avocat indispensables), les locataires n'y ont pas souvent recours (jamais en mon cas...) mais cela peut faire perdre du temps. En fait, on repart carrément à zéro...

9.4 Appel
Idem que l'opposition: je n'en ai pas l'expérience pour des matières locatives.

10.  L'huissier et le locataire solvable.
Si votre débiteur est solvable, poursuivez le jusqu'en enfer...

Vous aurez besoin de la signification (voir ci-dessus) et l'huissier fera les saisies. Saisie de la voiture s'il y en a une. Saisie de la part saisissable du salaire (si vous connaissez l'employeur, c'est plus rapide) ou de la pension. Eventuellement saisie des immeubles, mais je n'ai jamais eu le cas (si vous l'avez eu, racontez moi, que je rajoute...)

En tout cas, l'huissier a accès aux dettes prioritaires des impôts, au registre des RCD, au registre des plaques de voitures, peut prendre contact avec l'office des pensions, peut prendre contact avec une base de donnée pour l'emploi, etc.

Si la personne a une pension, la saisie se fera sur la pension, et cela prendra le temps qu'il faut... mais vous aurez vos sous. Sauf si la dette fiscale (prioritaire) est trop importante. En ce cas, l'huissier vous aura prévenu, et vous aurez fait une croix dessus.

Idem pour le salaire. Avec la subtilité que vous en toucherez pas grand chose chaque mois, sauf en juin, date de payement des vacances annuelles...

Apprêtez vous à sortir des sous pour toutes ces démarches. Vous préfinancez, et c'est remboursé par la suite... si le locataire est solvable...

11. Calendrier minimaliste
Voici mon calendrier minimaliste et optimiste quand tout se passe bien et qu'il n'y a pas de ralentissement (report d'audience, 747, opposition, appel, huissier incapable, vacances judiciaires et autres...)
j-0 : loyer pas payé
j+15: rappel sms
j+21: 2e rappel
j+1mois et un jour: dépot de la requête
j+45: audience avec jugement fin d'audience
j+55: jugement disponible - aller chercher l'expédition du jugement et la porter à l'huissier
j+60: jugement signifié (optimiste, que je vous dis. Parfois, cela prend 15 jours...)
j+90: décision d'expulsion
j+105: expulsion

Je ne pense pas qu'il soit possible d'aller plus vite que cela.

Pourtant, mon expérience dernière a été plus rapide que cela. L'huissier a été plus rapide, et moi aussi. La garantie était de 3 mois. Il y a eu 3 mois entre le non payement et l'expulsion. A noter que j'ai peu d'expérience pour les expulsions: 3 en tout et pour tout dans ma vie de bailleur...

12. Signification
Pour signifier le jugement, vous pouvez demander à votre avocat (si vous en avez un) de s'en charger. Il prendra le temps d'écrire au greffe pour recevoir l'expédition du jugement (une semaine de perdue), de recevoir l'expédition en question (encore une semaine de perdue), et de la transmettre à son huissier pour signification.

Vous pouvez sauter l'étape "avocat" et aller directement chez l'huissier vous-même. Cela vous fait perdre deux semaines au lieu de 3...

Mais vous pouvez aussi aller en direct la chercher au greffe en personne, et vous la recevrez sur le champ. Vous pouvez alors la porter vous-même à votre huissier pour signifier. 3 semaines de gagnées. (et deux courriers d'avocat à 100€ pièce...)

C'est en effet sur base de l'expédition du jugement que vous pouvez faire exécuter le jugement. Ne perdez pas ce précieux original. Il est assez compliqué d'en redemander une. Et ne demandez pas une simple copie. La copie ne sert à rien. C'est l'expédition qu'il faut donner à l'huissier.

Choisissez votre huissier avec soin. Un huissier n'en vaut pas un autre. Certains sont rapides, créatifs, cohérents, constructifs, etc. D'autres sont cons comme des manches à balai, ne pensent pas, n'agissent pas, ne répondent pas aux mail, n'ont ni réactivité, ni conseil, ni même l'intelligence de lire le jugement pour savoir ce qu'il convient de faire... Croyez moi: j'avais choisi mon premier huissier au vogel-pik. Mauvaise pioche. Le deuxième était un peu meilleur (il répondait au mail...) et le 3e est extraordinaire!

Mon huissier demande 300€ de provision pour signifier. Et 1000€ de plus s'il faut expulser ensuite.

-----------------------------------------------------------------------------
A développer pour plus tard


-des moyens de preuve

- Après l'audience
Appel
Opposition

- Expulsion
Procédure et délais
Coût

- Récupération des sommes dues
Pécule de vacances
Insolvable

Hors ligne

cochise
Pimonaute incurable
Inscription : 06-07-2006
Messages : 2 732

Re : Déposer une requête et se défendre soi-même en justice?

grmff a écrit :

Citation :Il se pourrait aussi que le locataire soit plus pugnace que prévu ;, ainsi, j'ai eu droit à une diatribe du genre : "je travaille pour enrichir le proprio", ce qui soit dit en passant était faux. Mais ça m'a déstabilisé, d'autant que le juge était pro-locataire
On peut s'apercevoir le jour dit que c'est assez impressionnant et perdre ses moyens, surtout après 3 heures d'attente.
Celui qui lit cette rubrique est prévenu, maintenant. Et quand on est prévenu, on est moins déstabilisé.

Et moi aussi j'ai déjà "perdu mes moyens" en restant sans voix face à la mauvaise foi d'un avocat... ou en lui disant qu'il n'était pas correct et en montant le ton.

Mais en étant prévenu, en allant à l'audience d'avant si on n'a jamais vu une audience, on est moins surpris, et donc moins déstabilisé.

Dans une discussion, ceui qui perd son calme a perdu; les avocats le savent bien. Donc, attendez-vous d'office à être malmené et traité de tout les noms, surtout si le locataire n'a aucune excuse : il faut bien qu'il trouve un prétexte.
Ne croyez pas non plus que parce qu'un locataire ne se présente pas et que vous gagnez par défaut vous soyez tiré d'affaire! En effet, je l'ai appris à mes dépends l'année passée, il peut faire opposition au jugement (ce qui n'est pas encore l'appel), et ce sans même devoir justifier ce pourquoi il ne s'est pas présenté. Ainsi dans mon cas, le locataire n'avait même pas été chercher le recommandé le convoquant au tribunal mais ce n'était pas un argument pour contrer l'opposition.


Coch'
********
Notre passé est abominable et notre présent est pire; heureusement, nous n'avons pas d'avenir.

Hors ligne

PIM
Pimonaute non modérable
Lieu : Uccle, Bruxelles, Belgique
Inscription : 10-03-2004
Messages : 13 455
Site Web

Re : Déposer une requête et se défendre soi-même en justice?

Une lecture complémentaire utile (mais sans le talent d'orateur de Grmff) à ce sujet est éditée par le SPF Justice, rédigée par Guido De Palmenaer, juge de paix à Ostende, avec le soutien de la Fondation Roi Baudouin.
Cet auteur est également président de la Chambre Exécutive NL de l'IPI.

Au sommaire:
Qu’est-ce qu’un juge de paix ?
Quelles matières relèvent de sa compétence ?
Qu’est-ce qu’un greffe ?
Qu’est-ce qu’une conciliation ?
Que doivent faire les parties en cas de procès ?
Comment se déroule le procès ?
Que se passe-t-il après le jugement ?

Lien vers brochure en pdf


Erik DECKERS
Pim's webmaster (notamment...)
Propriétés Immobilières

--------------------
Ce n'est pas parce que l'erreur se propage qu'elle devient vérité. (Ghandi)

Hors ligne

ChristopheDelagrange
Pimonaute intarissable
Inscription : 03-12-2012
Messages : 690

Re : Déposer une requête et se défendre soi-même en justice?

PIM a écrit :

Une lecture complémentaire utile (mais sans le talent d'orateur de Grmff) à ce sujet est éditée par le SPF Justice

Document intéressant, mais qui ne semble plus actuel. Conciliation obligatoire... frais de dépôt de requête de 35 €.... ça date un peu


________________________
’"Après les bombes incendiaires, le contrôle des loyers est le plus sûr moyen de raser une ville" (Assar Lindbeck)

Hors ligne

PIM
Pimonaute non modérable
Lieu : Uccle, Bruxelles, Belgique
Inscription : 10-03-2004
Messages : 13 455
Site Web

Re : Déposer une requête et se défendre soi-même en justice?

ChristopheDelagrange a écrit :

 

Document intéressant, mais qui ne semble plus actuel. Conciliation obligatoire... frais de dépôt de requête de 35 €.... ça date un peu

Il est daté de 2012 (cfr tranche au bas de la dernière page).

La conciliation mentionnée n'y est pas obligatoire mais recommandée.

Je n'ai pas recherché pour les frais de dépôt.

Bref: document restant utile, me semble-t-il.


Erik DECKERS
Pim's webmaster (notamment...)
Propriétés Immobilières

--------------------
Ce n'est pas parce que l'erreur se propage qu'elle devient vérité. (Ghandi)

Hors ligne

grmff
Pimonaute non modérable
Lieu : Sibulaga, Onatawani
Inscription : 25-05-2004
Messages : 18 914
Site Web

Re : Déposer une requête et se défendre soi-même en justice?

Les frais de dépot sont de 40€ pour les affaires normales en matière de louage, depuis juillet ou août 2012 me semble-t-il.

Avant: 25€ pour les demande de moins de 1250€, et 35€ pour les demande de plus de 1250€ ou avec demande d'expulsion

Personnellement, je ne recommande plus la conciliation. Les délais pour une séance de conciliation sont bien plus long que les délais pour une requête: cela fait donc perdre du temps.

En outre, ce n'est pas parce qu'on fait une requête qu'on n'arrive pas à une conciliation devant le juge lors de l'audience.

Hors ligne

D1791
Pimonaute intarissable
Inscription : 05-07-2013
Messages : 728

Re : Déposer une requête et se défendre soi-même en justice?

Ma petite expérience : envoi de la lettre au greffe le 19/05 pour une demande de séance de conciliation (je croyais que c'était toujours obligatoire), séance fixée le 6/06.
Constatant la "non-conciliation" en fin de séance, le juge a rendu un pv, signé par le locataire, d'expulsion au 30/06.
Le locataire a quitté les lieux le 1/07.

Est-ce un délai trop long ?  Je n'en ai pas le sentiment.

Pour être complet, c'était à Virton, et il est probable que ni le juge, ni le greffe ne soient dans les mêmes conditions de travail que dans certaines grandes villes.

Depuis quand la conciliation n'est-elle plus obligatoire ?


Modeste propriétaire bailleur de maisons unifamiliales en province de Luxembourg

Hors ligne

grmff
Pimonaute non modérable
Lieu : Sibulaga, Onatawani
Inscription : 25-05-2004
Messages : 18 914
Site Web

Re : Déposer une requête et se défendre soi-même en justice?

Addendum:
9. Signification, opposition, appel
10. L'huissier et le locataire solvable
11. Calendrier minimaliste

(L'article entier est le premier du fil de discussion de la première page. Il est édité au fur et à mesure du temps que j'ai pour le compléter.

J'attends vos commentaires, juridiques ou expérimentaux, avec intérêt, et les incorporerai dans le texte de base s'il convient)

Hors ligne

ChristopheDelagrange
Pimonaute intarissable
Inscription : 03-12-2012
Messages : 690

Re : Déposer une requête et se défendre soi-même en justice?

PIM a écrit :

Bref: document restant utile, me semble-t-il.

Oui très intéressant, merci!

On peut juste regretter que des documents soient publiés sur le net sans date de publication et sans mise à jour.

On lit encore souvent que la conciliation est obligatoire... Sur certains forums (pas ici bien sûr), des conseilleurs affirment encore qu'il faut demander une conciliation en cas de loyer non payé. C'est bien entendu une perte de temps quand il y a urgence. Cependant, en ce qui me concerne, je crois que je demanderai une conciliation quand j'ai le temps (par exemple en cas de problème de charges ou de dégâts)

La conciliation a aussi des avantages :

- Éviter les aléas d'une procédure...
- la partie adverse aura plus tendance à prendre un avocat en cas de requête qu'en cas de conciliation.
- On peut déjà discuter et voir les arguments de l'autre partie et comment elle va se défendre, et donc préparer une éventuelle requête
- Pas de conclusions à déposer, pas de risque de report, de 747 et toutes ces complications qui peuvent conduire à des mois de procédure.
- Pas besoin d'attestation de domicile, donc pas besoin de faire la file 1/2 heure à la maison communale, et de se déplacer parfois loin si le loc a déménagé à l'autre bout du pays
- Pas besoin de se rendre au greffe (il est inexact que le greffier accepte une requête envoyée - ça ne se fait pas partout)


Un seul exemple : en novembre je dépose une requête pour récupération de charges (1.500 € !). Le locataire vient avec son père qui prend sa défense. Qui lui même a consulté sa belle-sœur avocate. Qui a rédigé des conclusions de 15 pages. Ils ont aussi contacté par mails d'autres ex-locs qui avaient des "griefs" à mon encontre. Bah oui, l'ELS s'était mal passé, ça arrive...

Il s'ensuit des pages accablantes, car on a été chercher la petite bête et on me fait passer pour un bailleur indélicat.
J'en ai souffert et ai finalement accepté une transaction, car je n'était pas en état de plaider. On arrivait alors en février, il faisait neigeux, j'habite dans les Ardennes. Faire 50 kms dans un temps de merde, et attendre 3 heures que les avocats passent, pour me retrouver devant ces gens agressifs... C'était au dessus de mes forces

Nous avons conservé toutefois le dialogue, et il m'a été dit alors : vous auriez pu nous convoquer en conciliation, on serait venu

De fait, en conciliation, on peut parfois trouver une solution, ou au moins débroussailler le terrain. Il arrive que le défendeur réagisse et s'incline dès la réception de la convocation, donc affaire réglée. Ou qu'il soit de bonne foi. Ou que le juge mène bien les débats.

Tout le monde n'est pas dans l'adversité, et un dialogue reste toujours préférable.


Bref, Grmff, vos documents sont bien intéressants, merci beaucoup. Vous oubliez juste que vous êtes un bailleur aguerri. Pour un débutant, une procédure peut se passer bien, mais aussi devenir un cauchemar. Certes, vous pouvez à tout moment remettre le dossier entre les mains d'un avocat, encore faut-il trouver un bon, et vite, et qu'il accepte de reprendre un dossier en cours...

Ne dit-on pas qu'il vaut mieux un bon compromis qu'un mauvais procès ?


________________________
’"Après les bombes incendiaires, le contrôle des loyers est le plus sûr moyen de raser une ville" (Assar Lindbeck)

Hors ligne

ChristopheDelagrange
Pimonaute intarissable
Inscription : 03-12-2012
Messages : 690

Re : Déposer une requête et se défendre soi-même en justice?

D1791 a écrit :

Ma petite expérience : envoi de la lettre au greffe le 19/05 pour une demande de séance de conciliation (je croyais que c'était toujours obligatoire), séance fixée le 6/06.
Constatant la "non-conciliation" en fin de séance, le juge a rendu un pv, signé par le locataire, d'expulsion au 30/06.
Le locataire a quitté les lieux le 1/07.

J'ai déjà vu ce genre de résultat en conciliation.
Cela dit, vous avez eu un "bon" juge.


________________________
’"Après les bombes incendiaires, le contrôle des loyers est le plus sûr moyen de raser une ville" (Assar Lindbeck)

Hors ligne

grmff
Pimonaute non modérable
Lieu : Sibulaga, Onatawani
Inscription : 25-05-2004
Messages : 18 914
Site Web

Re : Déposer une requête et se défendre soi-même en justice?

Cher ChristopheDelagrange,

Votre texte est excellent sur la conciliation. J'approuve à 100%!
J'ai tenté de le copier-coller brutalement pour la section "Conciliation".

Malheureusement:

Votre message ne peut pas faire plus de 20.000 caractères !

Va falloir diviser ce long post...

Hors ligne

ChristopheDelagrange
Pimonaute intarissable
Inscription : 03-12-2012
Messages : 690

Re : Déposer une requête et se défendre soi-même en justice?

grmff a écrit :

Cher ChristopheDelagrange,

Votre texte est excellent sur la conciliation. J'approuve à 100%!
J'ai tenté de le copier-coller brutalement pour la section "Conciliation".

Merci, cela dit mieux vaudrait alors faire un dossier "conciliation" et un autre "requête"

Mais une conciliation étant bien plus simple, ça ne vaut peut-être pas un post de plus...


________________________
’"Après les bombes incendiaires, le contrôle des loyers est le plus sûr moyen de raser une ville" (Assar Lindbeck)

Hors ligne

PIM
Pimonaute non modérable
Lieu : Uccle, Bruxelles, Belgique
Inscription : 10-03-2004
Messages : 13 455
Site Web

Re : Déposer une requête et se défendre soi-même en justice?

@ grmfff: limitation 20.000 caractères. Il faut bien en mettre une de limite;


@ "christophedelagrand" : vous avez dorénavant également les honneurs de la FAQ
voir ici
avec en + un lien vers une autre brochure (2010...) du SPF Justice consacrée à la conciliation.


Erik DECKERS
Pim's webmaster (notamment...)
Propriétés Immobilières

--------------------
Ce n'est pas parce que l'erreur se propage qu'elle devient vérité. (Ghandi)

Hors ligne

ChristopheDelagrange
Pimonaute intarissable
Inscription : 03-12-2012
Messages : 690

Re : Déposer une requête et se défendre soi-même en justice?

PIM a écrit :

@ "christophedelagrand" : vous avez dorénavant également les honneurs de la FAQ
voir ici

Merci Pim
Est-il possible d'apporter des modifications à cette citation ?


________________________
’"Après les bombes incendiaires, le contrôle des loyers est le plus sûr moyen de raser une ville" (Assar Lindbeck)

Hors ligne

PIM
Pimonaute non modérable
Lieu : Uccle, Bruxelles, Belgique
Inscription : 10-03-2004
Messages : 13 455
Site Web

Re : Déposer une requête et se défendre soi-même en justice?

ChristopheDelagrange a écrit :

Est-il possible d'apporter des modifications à cette citation ?

Pour autant que je le sache, oui.
Moralité: si vous corrigez le texte à citer, indiquez-le moi par MP : j'adapterai la FAQ, si nécessaire.


Erik DECKERS
Pim's webmaster (notamment...)
Propriétés Immobilières

--------------------
Ce n'est pas parce que l'erreur se propage qu'elle devient vérité. (Ghandi)

Hors ligne

ChristopheDelagrange
Pimonaute intarissable
Inscription : 03-12-2012
Messages : 690

Re : Déposer une requête et se défendre soi-même en justice?

PIM a écrit :

@ "christophedelagrand" : vous avez dorénavant également les honneurs de la FAQ
voir ici

L'idée me trottait depuis quelque temps, alors j'ai créé un blog avec ma petite expérience de bailleur :

http://www.résidences.be/blog/la-conciliation/


________________________
’"Après les bombes incendiaires, le contrôle des loyers est le plus sûr moyen de raser une ville" (Assar Lindbeck)

Hors ligne

cmottard
Pimonaute assidu
Inscription : 30-01-2011
Messages : 68

Re : Déposer une requête et se défendre soi-même en justice?

Sympa votre blog ! intéressant^^

Hors ligne

ChristopheDelagrange
Pimonaute intarissable
Inscription : 03-12-2012
Messages : 690

Re : Déposer une requête et se défendre soi-même en justice?

cmottard a écrit :

Sympa votre blog ! intéressant^^

Merci ! Je me demandais comment je devais traiter le sujet... Comme il existe beaucoup de sites très sérieux, j'ai pris le parti de la dérision


________________________
’"Après les bombes incendiaires, le contrôle des loyers est le plus sûr moyen de raser une ville" (Assar Lindbeck)

Hors ligne

Himura
Pimonaute incurable
Lieu : Liège
Inscription : 05-06-2013
Messages : 3 427

Re : Déposer une requête et se défendre soi-même en justice?

C'est quand même un super texte que le vôtre, grmff ! Merci pour ce partage, très utile quand on s'y retrouve...

Je serai particulièrement intéressé de voir la suite prévue (surtout "se ménager les preuves"). Bel échange en perspective.

Hors ligne

wayne
Pimonaute intarissable
Lieu : bruxelles
Inscription : 03-08-2012
Messages : 533

Re : Déposer une requête et se défendre soi-même en justice?

Suite à une audience, je trouve hallucinant de voir une justice si molle (pour ne pas dire incompétente).

Le probleme:
1) 2 mois et demi de loyers impayés. Comme de plus, on arrive à la fin du bail d'un an, j'ai bien sur envoyé mon renom, par recommandé, trois mois avant la date de départ.
Le locataire dis qu'il à tout payé, j'affirme que non, je montre une copie de l' historique de payement imprimé sur self banking la veille.
Le locataire n'a pas de preuve des payements qu'il affirme et que je conteste. -->le juge donne rdv dans 3 semaines, afin que le loc. apporte les preuves de payement. Ma parole est mise en doute, celle du locataire est approuvée, bien qu'il n'ai aucune preuve, pourquoi ?

2) je demande l'expulsion le jour de la fin du bail, comme prévu dans le contrat, copie du recommandé, cachet de la poste à l'appui.
Le juge me dis pas valable car que je n'avais pas fait la demande dans la requête, pourtant j'avais demandé 3x au greffier le jour où j'ai introduit la requête si je devait rajouter cela en plus, il m'avait dit pas besoin car l'expulsion déjà demandée (car loyers impayés).
En plus, le juge me dit qu'il faut que je prenne un avocat. Je ne vois pas pourquoi je devrais dépenser encore des frais supplémentaires, le problème me paraît assez simple non ?

J'en conclu que le juge conteste aussi bien mon recommandé, cachet de la poste à l'appui,  conteste le fait que je réclame des loyers impayés, et conteste le fait que je vienne sans avocat.
Avec de telles imbécilités, je ne vois pas comment peut on encore compter sur la justice.

Est-on obligé de prendre un avocat pour devoir se défendre ? Est on pris au sérieux avec un avocat ? Est ce normal que le juge conteste des preuves flagrantes telle que recommandé, cachet de la poste, et d'un autre côté approuve les propos du locataire qui n'a aucune preuve de ce qu'il affirme.
Désolé mais je ne sais pas prouver que je n'ai pas reçu de payement, je pensais que c'était au locataire de prouver qu'il avait payé.

Avec de tels imbéciles, il ne faudra plus s'étonner que les gens reglerons leur problèmes eux mêmes. Vu que je suis obligé de payer quelqu'un pour me défendre, autant le faire de manière rapide et efficace.

Hors ligne

ChristopheDelagrange
Pimonaute intarissable
Inscription : 03-12-2012
Messages : 690

Re : Déposer une requête et se défendre soi-même en justice?

wayne a écrit :

je demande l'expulsion le jour de la fin du bail, comme prévu dans le contrat, copie du recommandé, cachet de la poste à l'appui.
Le juge me dis pas valable car que je n'avais pas fait la demande dans la requête

C'est édifiant, mais il est exact que vous deviez demander l'expulsion dans la requête. Si vous ne l'avez pas demandée, en principe le juge ne peut pas l'accorder.
Il semble qu'il y ait mélange des demandes, en outre. Vous dites que vous souhaitiez obtenir la résolution du bail, mais ce n'était pas la demande d'origine, qui concernait le paiement des loyers... Vous bifurquez sur une autre demande, qui consiste à demander la validation du congé.
A mon avis, vous devez introduire une nouvelle requête pour obtenir la validation du congé + expulsion + indemnité d'occupation au delà du terme.

Si le juge vous a conseillé de prendre un avocat, c'est peut-être parce qu'il a conclu que vous aviez fait une erreur.

En ce qui me concerne, j'ai eu un cas semblable, une audience qui avait lieu le 20 mars pour un bail qui courrait jusqu'au 1er juillet. La locataire avait tout payé mais je n'avais pas confiance. J'ai demandé la résiliation du bail, mais le juge m'a demandé d'envoyer un recommandé, alors qu'il aurait pu donner un jugement. Mais ce n'était pas la demande originelle, qui concernait le défaut de paiement et expulsion possible, or les loyers avaient été payés entretemps, ce qui rendait la demande non fondée. J'ai donc déposé une nouvelle requête

La conclusion de tout ceci c'est qu'il faut être extrêmement prudent dans la rédaction d'une requête. Moi ça m'est arrivé de passer 3 ou 4 soirées... Pour un texte de 2 pages. Ensuite il faut bien connaitre les procédures, ce qu'on peut demander et les us et coutumes, genre : j'accepte un délai mais en contrepartie je demande une faculté d'expulsion si le délai est dépassé, etc..

Je suis partisan d'une défense sans avocat pour les affaires simples, mais le risque est aussi de commettre une erreur, ou de ne pas avoir la bonne réplique... Ou de s’emmêler les pinceaux
Je ne regrette pas cela dit les 3 requêtes déposées cette année... A force d'entêtement j'ai obtenu ce que je voulais. Dans ma vie j'avais fait 10 fois appel à un avocat et pas une seule fois l'affaire n'a abouti, souvent par découragement parce qu'on abouti à un  jeu de ping-pong sans fin


________________________
’"Après les bombes incendiaires, le contrôle des loyers est le plus sûr moyen de raser une ville" (Assar Lindbeck)

Hors ligne

Pied de page des forums

Pim.be : votre forum de l'immobilier résidentiel belge depuis 2002.

Les dernières discussions sont ici » Récentes | Sans réponse
Règlement du forum | Liste des membres