Au hasard de nos offres
  • Maison Sorry : trop tard ! UCCLE
  • Appartement 420 000 € UCCLE
  • Villa Sorry : trop tard ! RHODE ST GENESE
  • Villa 2 980 000 € WATERLOO
  • Maison 1 850 000 € IXELLES
  • Maison 1 290 000 € ST-GILLES
  • Villa 2 650 000 € UCCLE
  • Appartement 595 000 € UCCLE
  • Maison 800 000 € WOLUWE-SAINT-PIERRE
  • Villa 1 495 000 € UCCLE
  • Voir toutes les offres »

    Pim's newsetter

    Informations régulières gratuites : abonnez-vous !
    INSCRIPTION
    close-link
    venenatis mattis pulvinar porta. risus. ut neque. elementum mi, felis

    forum   Vous n'êtes pas identifié(e) : Inscription :: Identification | Recherche Forum



    Nuisances sonores : seuil minimum légal ?

    Altarec
    Pimonaute
    Inscription : 19-01-2016
    Messages : 3

    Nuisances sonores : seuil minimum légal ?

    Bonjour,

    Nous avons de nouveaux locataires dans l'appartement du dessous qui dérange tt l'immeuble de part leur nuisances sonores. C'est donc très difficile de dormir la nuit et dérangeant la journée.

    Après moultes tentatives de règlement à l'amiable, la situation reste  inchangée. Le propriétaire des lieux s'en fiche également royalement.

    J'ai la certitude que l'insonorisation accoustique de l'appartement en question est défaillante. (Même si ils vivent "tranquillement", on entend tout de leurs mouvements et conversations, ce qui ne me semble pas normal).

    Je voulais savoir si il existait en Belgique un seuil minimum légal d'insonorisation ? Le but est de faire constater cela par un expert/huissier afin de contraindre le propriétaire à effectuer les travaux d'isolation qui s'impose pour retrouver le calme.

    Cette démarche est-elle réaliste, a-t-elle une chance d'aboutir ?


    Merci d'avance pour vos conseils.

    Dernière modification par Altarec (19-01-2016 15:22:40)

    Hors ligne

    grmff
    Pimonaute non modérable
    Lieu : Sibulaga, Onatawani
    Inscription : 25-05-2004
    Messages : 16 451
    Site Web

    Re : Nuisances sonores : seuil minimum légal ?

    ninifel a écrit :

    Bruit gênant provenant de l'extérieur de son habitation  : quel seuil minimum légal ?

    Je crois qu'Il faut distinguer deux voies juridiques distinctes selon que le bruit gênant provient :

    -- D'une installation soumise à Permis d'Environnement

    La transposition en droit belge de la directive européeenne 2002 précise des normes chiffrées en décibels et la nécessité d'un sonomètre.

    il existe maintenant des applications sympas de sonomètres et de mesures de fréquences sonores ( basses, aigues...) sur Smartphone pour apprécier en gros l'intensité et la fréquence de la gêne sonore soi-même.

    http://www.infobruit.brussels/fr/voisin … entilation

    -- D'un comportement de gens ou d 'une installation NON-soumise à Permis d'Environnement :

    Pas de norme, nécessité de faire soi-même une citation directe au Tribunal de Police si tapage nocturne avec les PVs de constats de Police la Nuit, sachant que la prescription des faits constatés est de ...6 MOIS.

    -- D'une tondeuse ou d'un engin de jardin : interdiction le dimanche et jours fériés et de 20h à 7h...via appel au 101 ( je crois...à vérifier).

    Hoooo, le beau déterrage...
    2 ans tout de même. Vous nous avez pourtant habitué à mieux.


    Grmf!
    ----------------
    Dans une maison à trois briques, on est souvent à découvert.

    En ligne

    Aime ce post :
    Globetrot
    Pimonaute
    Inscription : 07-08-2018
    Messages : 5

    Re : Nuisances sonores : seuil minimum légal ?

    Voici les démarches que j’ai entreprises jusqu’à présent car je suis justement en train de me « battre » contre mes nouveaux voisins qui sont là depuis 11 mois maintenant :
    -    3 semaines après leur arrivée début octobre, je leur ai signalé oralement les nuisances sonores que je subissais, et en particulier le bruit de leur séchoir (10 h / sem parfois au-delà de 22h) qui s’accompagne de vibrations chez moi. Je leur ai demandé où était placé la machine, pensant qu’elle touchait peut-être le mur.
    -    Un mois plus tard, pas de changement, je descends à nouveau.
    -    Fin janvier, je leur laisse un mot dans la boîte aux lettres en leur signalant toutes les nuisances : le séchoir, la porte d’entrée qui n’est pas toujours fermée de manière délicate, qui grince et qui s’accompagne des aboiements de leurs 2 chiens (plus de 30 allées et venues parfois jusque 1h30 du matin à l’époque), discussions à haute voix ou animées jusqu’une heure du matin, musique à fond la caisse pendant la journée, télévision avec un son trop élevé après 22h. Et tous ces bruits sons sont amplifiés le soir, une fois la ventilation coupée.

    Là les voisins se braquent en disant que chez eux, ils ont le droit de parler, faire leur ménage, etc., et que ce n’est pas leur problème si l’immeuble est mal isolé.
    C’est vrai l’immeuble n’est pas super bien isolé mais cela n’empêche pas le respect : la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres…

    Entre temps d’autres voisins se plaignent aussi d’odeurs de cannabis, de l’obstruction des portes, du fait que leurs chiens font leurs besoins devant l’immeuble ou dans le jardin commun car leur jardin privatif n’est pas clôturé correctement (alors qu’ils ont un american staff et que des enfants jouent dans le jardin commun).

    Le syndic dit qu’il s’agit d’un problème de comportement (alors qu’il y a plusieurs infractions au règlement d’ordre intérieur) et ne veut donc pas agir. Et le proprio m’a dit qu’il préférait garder des bonnes relations avec elle, donc en gros, il ne veut pas se mouiller (et n'a rien dit à ses locataires concernant les autres propriétaires qui ont fait des remarques à leur encontre lors de l'AG).

    Bref, suite à ça, je m’adresse à l’agent de quartier, puis il y a médiation. Les nuisances sonores après 22h se sont atténuées maintenant mais il reste encore les nuisances pendant la journée. Beaucoup pensent qu’en journée ils peuvent faire ce qu’ils veulent, ce qui n’est pas le cas.

    Malgré un coussin isolant, le bruit et les vibrations du séchoir se font toujours ressentir. Je dépose alors plainte auprès de l’IBGE (Info Bruit de Bruxelles Environnement), qui vient placer un micro pendant 4 jours chez moi et qui montre en effet des dépassements des normes. (Les applications sur smartphone sont beaucoup moins sensibles et pas très précises). Le rapport est arrivé il y a un mois avec ordre de remédier aux infractions constatées (dépassement de 7 à 14 db par rapport à la norme de 24 db alors que 3 db de dépassement sont autorisés). Les mesures sont faites portes et fenêtres fermées. Pour info, fenêtre fermée donc, la tondeuse à gazon donnait un résultat entre 30 et 35 db.

    La locataire, pas contente, débarque chez moi en disant qu’elle continuera à vivre sa vie comme elle l’entend et blablabla…
    Elle avait un mois pour agir, le délai expire demain, la suite au prochain épisode…

    Mais toutes les suggestions pour m’aider dans ce dossier sont les bienvenues.

    Ah oui aussi pour information, L’IBGE m’a dit que si je voulais partir (je l’envisage) que je devais prévenir mes futurs locataires car ils pourraient se retourner contre moi (vice caché) et ce serait donc à moi à payer leur déménagement. Et si vous dites qu’il y a des nuisances sonores, les candidats partent en courant… Bonjour le vide locatif !

    Dernière modification par Globetrot (16-08-2018 15:35:17)

    Hors ligne

    panchito
    Pimonaute non modérable
    Inscription : 19-06-2012
    Messages : 6 654

    Re : Nuisances sonores : seuil minimum légal ?

    Actuellement, il n’existe pas d’obligation légale relative aux performances acoustiques d’un bâtiment destiné à accueillir des logements.

    Voir ICI

    D'où l'importance de visiter le bien qu'on veut louer ou acheter plusieurs fois et à des moments différents....

    Hors ligne

    ninifel
    Pimonaute intarissable
    Inscription : 18-07-2007
    Messages : 1 497

    Re : Nuisances sonores : seuil minimum légal ?

    Pour Panchito, J'ai entre les mains une brochure "supplément CSTC-Contact N°13 - 1er trimestre 2007" -  Norme NBN S 01-400-1 : Critères acoustiques pour les immeubles d'habitation.

    un dépassement de 7 à 14 db(A) par rapport à la norme de 24 db(A) alors que 3 db(A) de dépassement sont autorisés mais l'intervention de l'IBGE est sans frais pour l'auteur des nuisances sonores.....

    Ce n'est donc pas dissuasif.

    L'empiètement des juridictions civiles et pénales sur le droit administratif étant interdit ( 237 CP)  je m'interroge sur l'utilisation du rapport de mesures de l'intervention de l'IBGE ( droit administratif) au sonomètre pour ces bruits de voisinages que tout le monde entend à l'oreille et que l'IBGE ne fera jamais sanctionner.

    Je crois qu'Un constat de Police pourrait éventuellement mobiliser le "fonctionnaire sanctionnateur communal" sur base de la LOI SAC afin qu'une contravention payante dissuade le comportement incivique qui a été précédemment décrit ?

    Un fait de tapage étant une infraction "instantanée" à bref délai de prescription de 6 mois seulement, il ne faut pas attendre pour réagir si l'auteur n'a pas l'intention d'y mettre fin.

    Un constat de Police ou d'huissier et des témoins ne suffisent  pas  : il faut rapidement passer à l'action sur le plan judiciaire ( citation au Tribunal compétent)  si les faits ne cessent pas.

    Dernière modification par ninifel (17-08-2018 06:45:29)


    « L’esprit s’enrichit de ce qu’il reçoit, le cœur de ce qu’il donne. »

    Hors ligne

    panchito
    Pimonaute non modérable
    Inscription : 19-06-2012
    Messages : 6 654

    Re : Nuisances sonores : seuil minimum légal ?

    Ninifel, c'est ce que j'ai conseillé au tout début: faire intervenir la police, c'est la seule solution!

    Ils viendront s'ils n'ont rien de plus urgent ...

    Hors ligne

    panchito
    Pimonaute non modérable
    Inscription : 19-06-2012
    Messages : 6 654

    Re : Nuisances sonores : seuil minimum légal ?

    Panchito 21 janvier 2016 a écrit :

    C'est la police qui doit agir.

    Bon évidemment ils ont d'autres priorités et urgences...

    La boucle est bouclée...

    Hors ligne

    ninifel
    Pimonaute intarissable
    Inscription : 18-07-2007
    Messages : 1 497

    Re : Nuisances sonores : seuil minimum légal ?

    Si le plaignant d'une nuisance ne prend pas "le taureau par les cornes" le conflit va s'envenimer car un problème ne se traite pas tout seul !!!!

    Dernière modification par ninifel (18-08-2018 11:03:25)


    « L’esprit s’enrichit de ce qu’il reçoit, le cœur de ce qu’il donne. »

    Hors ligne

    panchito
    Pimonaute non modérable
    Inscription : 19-06-2012
    Messages : 6 654

    Re : Nuisances sonores : seuil minimum légal ?

    Ninifel, pourriez-vous arrêter de tourner en rond?

    Votre loi SAC existe depuis 2014!

    Elle permet aux fonctionnaires de la police d'infliger des Sanctions Administratives Communales, pour des infractions de toutes sortes (roulage, parking etc...)

    Voir ICI

    Et ici

    Mais ciomme je vous le disais, faut que la police n'ait pas d'autres urgences....

    Hors ligne

    ninifel
    Pimonaute intarissable
    Inscription : 18-07-2007
    Messages : 1 497

    Re : Nuisances sonores : seuil minimum légal ?

    ciomme je vous le disais, faut que la police n'ait pas d'autres urgences.... ciomme je vous le disais, faut que la police n'ait pas d'autres urgences....et donc si la Police n'a pas le temps, le tapage peut être constaté par toutes voies de droit : Huissier, sonomètre d'un acousticien "agrée", témoignages de gens avec copie de la pièce d'identité, et si le fonctionnaire SAC ne bouge  alors faire une citaition directe au Tribunal compétent pour l'article 561 CP.

    Avec n dessin pour aider  Panchito à admettre l'intérete du sujet à combattre :

    BruitCommentSentendreEntreVoisins.jpg Panchito :


    « L’esprit s’enrichit de ce qu’il reçoit, le cœur de ce qu’il donne. »

    Hors ligne

    luc
    Pimonaute non modérable
    Lieu : Evere, Bruxelles, Belgique
    Inscription : 09-08-2004
    Messages : 5 071
    Site Web

    Re : Nuisances sonores : seuil minimum légal ?

    panchito a écrit :

    Actuellement, il n’existe pas d’obligation légale relative aux performances acoustiques d’un bâtiment destiné à accueillir des logements.

    Voir ICI

    D'où l'importance de visiter le bien qu'on veut louer ou acheter plusieurs fois et à des moments différents....

    En consultant ce document je lis (citation complète):

    IBGE a écrit :

    La norme belge
    Actuellement, il n’existe pas d’obligation légale relative aux performances acoustiques d’un bâtiment destiné à accueillir des logements.

    La norme belge NBN S01-400-1 « Critères acoustiques pour habitations » détermine néanmoins les exigences et les critères d’isolation contre les bruits aériens et de contact, à l’isolation des façades, au niveau sonore des équipements techniques et à la résonance dans les bâtiments. Cette norme n’est pas contraignante: c’est une référence des bonnes pratiques pour le constructeur qui souhaite satisfaire à des qualités acoustiques. Elle peut cependant être rendue obligatoire s’il y est fait référence dans le cahier des charges.

    Hier j'ai subi trois incidents de "bruit" assez graves. Tous réglés (provisoirement ?) en parlant avec ceux qui produisent cette nuisance en référant aux normes bruxelloises.

    D'ailleurs Globetrot les applique dans sa procédure actuelle.

    Synthèse pour moi des trois conversations de hier: pour combattre le bruit au sein d'une copropriété mal isolé au point de vu bruit, il faudra d'abord adapter ses statuts/bail à la situation locale pour que les dispositions locales qui combattent le bruit puissent être applicables.

    il s'agit aussi d'informer les résidents de leurs droits et devoirs. Non seulement d'une façon juridique, mais surtout d'une façon transparente. Par exemple en diffusant les brochures appropriés de Homegrade.


    Cordialement,

    Luc

    Hors ligne

    panchito
    Pimonaute non modérable
    Inscription : 19-06-2012
    Messages : 6 654

    Re : Nuisances sonores : seuil minimum légal ?

    A régler via le ROI.

    Voici l'article d'un de nos ROI's relatif au bruit:
    Article 3. – Bruit - tranquillité
    •    Ne pas claquer les portes ;
    •    Ne pas vous interpeller à haute voix dans les escaliers ou les halls ;
    •    Ne pas conserver des chaussures ou chaussures à talons pour circuler dans les appartements ;
    •    Ne pas faire de travaux et ne pas déplacer des meubles et objets lourds durant la nuit ou la soirée ainsi que les dimanches et jours fériés.
    •    Prévenir les occupants de l’immeuble 48 heures à l’avance en cas de travaux bruyants ;
    •    Ne pas laisser les chiens seuls dans l’appartement.
    •    Pas de nuisances sonores (musique, fête, télévision) après 22h
    •    Dans les parties privatives, chaque copropriétaire reste libre d'effectuer ou de faire effectuer, à ses seuls risques et périls, tous travaux à sa convenance qui ne seraient pas de nature à nuire ou à incommoder ses voisins immédiats ou les autres copropriétaires ou encore à compromettre la solidité, la salubrité ou la sécurité de l'immeuble.
    •    Les tapis et carpettes ne peuvent être battus, ni secoués dans aucune partie de l'immeuble, en ce compris les toits et terrasses. Les occupants devront faire usage d'appareils ménagers appropriés à cet effet.
    •    Il ne pourra être fait, dans les couloirs et sur les paliers communs, aucun travail de ménage privatif.
    •    Il est strictement défendu d'utiliser, dans l'immeuble, des tuyaux d'amenée du gaz en toutes matières sujettes à rupture sous la pression du gaz; ces tuyaux doivent être conformes à l’ensemble des réglementations en vigueur au moment de leur installation.
    •    Les chiens devront être tenus en laisse ou sur les bras dans les parties communes.
    •    Si l'animal était source de nuisance par bruit, odeur ou autrement, la tolérance pourra être retirée pour l'animal dont il s'agit, par décision du conseil de gérance ou du syndic.
    •    En vertu de l’article 198 du règlement général de police, les propriétaires d’animaux, dont les aboiements, les hurlements, les cris ou les chants troubleraient la tranquillité des habitants du voisinage, sont passible des peines de police.
    •    Dans le cas où la tolérance est abrogée, le fait de ne pas se conformer à la décision du conseil de gérance ou du syndic entraînera le contrevenant au paiement d'une somme déterminée par le conseil de gérance, à titre d’indemnités forfaitaires, par jour de retard, sans préjudice à toute sanction à ordonner par voie judiciaire.
    Ce montant sera versé au fonds de réserve, le tout sans préjudice d'une décision à prendre à la majorité absolue par l'assemblée générale.
    •    Comme mentionné dans l’article 2, les copropriétaires, locataires et autres occupants de l'immeuble devront toujours habiter l'immeuble et en jouir suivant la notion juridique de «bon père de famille». Les occupants devront donc veiller à ce que la tranquillité de l'immeuble ne soit à aucun moment troublée par leur fait, celui des personnes à leur service, celui de leurs locataires ou visiteurs.
    •    Il ne pourra être fait aucun bruit anormal; l'emploi d'instruments de musique, postes de radio, télévisions et chaînes de reproduction musicale est autorisé.
    •    Toutefois, les occupants seront tenus d’éviter que le fonctionnement de ces appareils incommode les occupants de la Résidence, et ce sous peine de sanctions similaires à celles stipulées à l’article 3, à propos de la présence d’animaux.
    •    S’il est fait usage, dans l'immeuble, d'appareils électriques produisant des parasites, ils devront être munis de dispositifs atténuant ces parasites, de manière à ne pas troubler les réceptions radiophoniques.
    •    Tous jeux ou ébats enfantins sont interdits dans tous les lieux communs, et notamment dans l'entrée des emplacements de garage et halls d'entrée.

    Hors ligne

    luc
    Pimonaute non modérable
    Lieu : Evere, Bruxelles, Belgique
    Inscription : 09-08-2004
    Messages : 5 071
    Site Web

    Re : Nuisances sonores : seuil minimum légal ?

    @ panchito

    Merci pour votre publication de l'Art. 3 du ROI d'un de vos ACP.

    Je le mettra sur la table du groupe de réflexion "Statuts/ROI 2019" de mon ACP. Je reviens dans ce sujet avec le résultat, mais ce sera probablement fin 2019.

    Pour le sujet "groupe de réflexion" j'y réponds dans quelques jours. Le CP qui a proposé ce point revient de l’étranger dans quelques jours.


    Cordialement,

    Luc

    Hors ligne

    ninifel
    Pimonaute intarissable
    Inscription : 18-07-2007
    Messages : 1 497

    Re : Nuisances sonores : seuil minimum légal ?

    art 3 ROI a écrit :

    le fait de ne pas se conformer à la décision du conseil de gérance ou du syndic entraînera le contrevenant au paiement d'une somme déterminée par le conseil de gérance, à titre d’indemnités forfaitaires

    hé ben.


    « L’esprit s’enrichit de ce qu’il reçoit, le cœur de ce qu’il donne. »

    Hors ligne

    Dupuis
    Pimonaute bavard
    Inscription : 03-10-2016
    Messages : 223

    Re : Nuisances sonores : seuil minimum légal ?

    panchito a écrit :

    A régler via le ROI.

    Voici l'article d'un de nos ROI's relatif au bruit:
    Article 3. – Bruit - tranquillité
    •    Ne pas claquer les portes ;
    •    Ne pas vous interpeller à haute voix dans les escaliers ou les halls ;
    •    Ne pas conserver des chaussures ou chaussures à talons pour circuler dans les appartements ;
    •    Ne pas faire de travaux et ne pas déplacer des meubles et objets lourds durant la nuit ou la soirée ainsi que les dimanches et jours fériés.
    •    Prévenir les occupants de l’immeuble 48 heures à l’avance en cas de travaux bruyants ;
    •    Ne pas laisser les chiens seuls dans l’appartement.
    •    Pas de nuisances sonores (musique, fête, télévision) après 22h
    •    Dans les parties privatives, chaque copropriétaire reste libre d'effectuer ou de faire effectuer, à ses seuls risques et périls, tous travaux à sa convenance qui ne seraient pas de nature à nuire ou à incommoder ses voisins immédiats ou les autres copropriétaires ou encore à compromettre la solidité, la salubrité ou la sécurité de l'immeuble.
    •    Les tapis et carpettes ne peuvent être battus, ni secoués dans aucune partie de l'immeuble, en ce compris les toits et terrasses. Les occupants devront faire usage d'appareils ménagers appropriés à cet effet.
    •    Il ne pourra être fait, dans les couloirs et sur les paliers communs, aucun travail de ménage privatif.
    •    Il est strictement défendu d'utiliser, dans l'immeuble, des tuyaux d'amenée du gaz en toutes matières sujettes à rupture sous la pression du gaz; ces tuyaux doivent être conformes à l’ensemble des réglementations en vigueur au moment de leur installation.
    •    Les chiens devront être tenus en laisse ou sur les bras dans les parties communes.
    •    Si l'animal était source de nuisance par bruit, odeur ou autrement, la tolérance pourra être retirée pour l'animal dont il s'agit, par décision du conseil de gérance ou du syndic.
    •    En vertu de l’article 198 du règlement général de police, les propriétaires d’animaux, dont les aboiements, les hurlements, les cris ou les chants troubleraient la tranquillité des habitants du voisinage, sont passible des peines de police.
    •    Dans le cas où la tolérance est abrogée, le fait de ne pas se conformer à la décision du conseil de gérance ou du syndic entraînera le contrevenant au paiement d'une somme déterminée par le conseil de gérance, à titre d’indemnités forfaitaires, par jour de retard, sans préjudice à toute sanction à ordonner par voie judiciaire.
    Ce montant sera versé au fonds de réserve, le tout sans préjudice d'une décision à prendre à la majorité absolue par l'assemblée générale.
    •    Comme mentionné dans l’article 2, les copropriétaires, locataires et autres occupants de l'immeuble devront toujours habiter l'immeuble et en jouir suivant la notion juridique de «bon père de famille». Les occupants devront donc veiller à ce que la tranquillité de l'immeuble ne soit à aucun moment troublée par leur fait, celui des personnes à leur service, celui de leurs locataires ou visiteurs.
    •    Il ne pourra être fait aucun bruit anormal; l'emploi d'instruments de musique, postes de radio, télévisions et chaînes de reproduction musicale est autorisé.
    •    Toutefois, les occupants seront tenus d’éviter que le fonctionnement de ces appareils incommode les occupants de la Résidence, et ce sous peine de sanctions similaires à celles stipulées à l’article 3, à propos de la présence d’animaux.
    •    S’il est fait usage, dans l'immeuble, d'appareils électriques produisant des parasites, ils devront être munis de dispositifs atténuant ces parasites, de manière à ne pas troubler les réceptions radiophoniques.
    •    Tous jeux ou ébats enfantins sont interdits dans tous les lieux communs, et notamment dans l'entrée des emplacements de garage et halls d'entrée.

    Faudrait le mettre à jour, le conseil de gérance n’existe plus .
    Comment faites-vous pour faire payer « une somme déterminée par le conseil de gérance » à un habitant qui ne se conforme pas a ROI ?

    Hors ligne

    Aime ce post :
    GT
    Pimonaute incurable
    Inscription : 11-10-2014
    Messages : 3 863

    Re : Nuisances sonores : seuil minimum légal ?

    Dupuis a écrit :
    panchito a écrit :

    A régler via le ROI.

    Voici l'article d'un de nos ROI's relatif au bruit:
    Article 3. – Bruit - tranquillité
    •    (...)    
    •    Si l'animal était source de nuisance par bruit, odeur ou autrement, la tolérance pourra être retirée pour l'animal dont il s'agit, par décision du conseil de gérance ou du syndic.
    •    (...)
    •    Dans le cas où la tolérance est abrogée, le fait de ne pas se conformer à la décision du conseil de gérance ou du syndic entraînera le contrevenant au paiement d'une somme déterminée par le conseil de gérance, à titre d’indemnités forfaitaires, par jour de retard, sans préjudice à toute sanction à ordonner par voie judiciaire.
    Ce montant sera versé au fonds de réserve, le tout sans préjudice d'une décision à prendre à la majorité absolue par l'assemblée générale.
    • (...)

    Faudrait le mettre à jour, le conseil de gérance n’existe plus .
    Comment faites-vous pour faire payer « une somme déterminée par le conseil de gérance » à un habitant qui ne se conforme pas a ROI ?

    Non seulement le conseil de gérance a été remplacé, depuis l'entrée en vigueur de la loi du 2 juin 2010, par le conseil de copropriété mais celle-ci a limité la mission légale du conseil à la surveillance du syndic tout en prévoyant la possibilité pour le conseil de recevoir toute autre mission ou délégation sur décision de l'assemblée générale.
    Cette mission ou cette délégation ne peut porter que sur des actes expressément déterminés et n'est valable qu'une année.

    Hors ligne

    ninifel
    Pimonaute intarissable
    Inscription : 18-07-2007
    Messages : 1 497

    Re : Nuisances sonores : seuil minimum légal ?

    j'aurais aimé préciser que le Tapage 561 CP est une LOI D'ORDRE PUBLIC ( le code pénal est d'ordre public) contrairement au ROI.


    « L’esprit s’enrichit de ce qu’il reçoit, le cœur de ce qu’il donne. »

    Hors ligne

    GT
    Pimonaute incurable
    Inscription : 11-10-2014
    Messages : 3 863

    Re : Nuisances sonores : seuil minimum légal ?

    ninifel a écrit :

    j'aurais aimé préciser que le Tapage 561 CP est une LOI D'ORDRE PUBLIC ( le code pénal est d'ordre public) contrairement au ROI.


    Pour ceux qui l'ignorent, l'article 561 CP cité à plusieurs reprises ds ce fil est l'article 561 du Code pénal.

    Il prévoit que "seront punis d'une amende de dix euros à vingt euros et d'un emprisonnement d'un jour à cinq jours, ou d'une de ces peines seulement :
      1° Ceux qui se seront rendus coupables de bruits ou tapages nocturnes de nature à troubler la tranquillité des habitants."

    Hors ligne

    Aiment ce post :
    Globetrot
    Pimonaute
    Inscription : 07-08-2018
    Messages : 5

    Re : Nuisances sonores : seuil minimum légal ?

    J’ai eu un appel de l’IBGE qui me dit que mes voisins ont promis de ne plus faire tourner leur séchoir le dimanche et jours fériés (là c’est déjà loupé!). Le problème est que, même s’ils tournent leur séchoir un mardi après-midi, ils sont déjà en infraction.

    Je ne comprends pas tout au rapport, donc voici ce que j’y lis :

    Niveau L90 de la bande émergeante (dB) :
    26.3 (160 Hz)

    Niveau L90 des bandes adjacentes à la bande émergeante (dB) :
    18.3 (125 Hz) – 19 (200 Hz) 

    Emergence tonale calculée (dB) :
    7.3

    Emergence tonale autorisée (dB) :
    3

    Suite à ça l’IBGE ne me propose pas grand-chose que d’attendre le bon vouloir des voisins.
    Concernant les sanctions administratives, c’est l’IBGE qui s’en charge et pour cela il faudrait à nouveau faire un relevé…
    J’ai demandé si je pouvais faire appel à un juge de paix et là  il m’a dit que les conclusions dépendraient fortement du bon vouloir du juge et que de toute manière ils avaient d’autres urgences que ça (boites de nuit, etc)…

    Bref, aucune solution n’est vraiment proposée…et là je suis dépitée…

    Hors ligne

    panchito
    Pimonaute non modérable
    Inscription : 19-06-2012
    Messages : 6 654

    Re : Nuisances sonores : seuil minimum légal ?

    Et vous allez intenter un procès à vos voisins parce qu’ils font tourner leur sèche-linge un mardi après-midi?? Vous savez ce que cela va vous coûter en frais d'avocats et de procédure?

    Le juge va plus que certainement vous débouter.

    Mais en réaction, vos voisins ne vont certainement pas manquer de vous assigner à leur tour pour procédure téméraire et vexatoire à leur enconter, avec à la clé plus de 2000€ que vous devriez leur payer pour les dédommager.

    Restons sérieux....

    Dernière modification par panchito (22-08-2018 16:03:38)

    Hors ligne

    grmff
    Pimonaute non modérable
    Lieu : Sibulaga, Onatawani
    Inscription : 25-05-2004
    Messages : 16 451
    Site Web

    Re : Nuisances sonores : seuil minimum légal ?

    ninifel a écrit :

    Pour Panchito, J'ai entre les mains une brochure "supplément CSTC-Contact N°13 - 1er trimestre 2007" -  Norme NBN S 01-400-1 : Critères acoustiques pour les immeubles d'habitation.

    un dépassement de 7 à 14 db(A) par rapport à la norme de 24 db(A) alors que 3 db(A) de dépassement sont autorisés mais l'intervention de l'IBGE est sans frais pour l'auteur des nuisances sonores.....

    Ce n'est donc pas dissuasif.

    L'empiètement des juridictions civiles et pénales sur le droit administratif étant interdit ( 237 CP)  je m'interroge sur l'utilisation du rapport de mesures de l'intervention de l'IBGE ( droit administratif) au sonomètre pour ces bruits de voisinages que tout le monde entend à l'oreille et que l'IBGE ne fera jamais sanctionner.

    Je crois qu'Un constat de Police pourrait éventuellement mobiliser le "fonctionnaire sanctionnateur communal" sur base de la LOI SAC afin qu'une contravention payante dissuade le comportement incivique qui a été précédemment décrit ?

    Un fait de tapage étant une infraction "instantanée" à bref délai de prescription de 6 mois seulement, il ne faut pas attendre pour réagir si l'auteur n'a pas l'intention d'y mettre fin.

    Un constat de Police ou d'huissier et des témoins ne suffisent  pas  : il faut rapidement passer à l'action sur le plan judiciaire ( citation au Tribunal compétent)  si les faits ne cessent pas.

    C'est une information intéressante. Ne l'effacez pas. Ou en tout cas, moi je ne l'effacerai pas...


    Grmf!
    ----------------
    Dans une maison à trois briques, on est souvent à découvert.

    En ligne

    Aime ce post :

    Pied de page des forums

    Pim.be : votre forum de l'immobilier résidentiel belge depuis 2002.

    Les dernières discussions sont ici » Récentes | Sans réponse
    Règlement du forum | Liste des membres