[h1_forum_fluxbb] 2017-03-22T11:29:16+00:00

forum   Vous n'êtes pas identifié(e) : Inscription :: Identification | Recherche Forum



Evolution des prix

lucas
Pimonaute
Inscription : 25-12-2005
Messages : 9

Evolution des prix

Bonjour,

Pensez-vous que le boom immobilier que l'on connaît en ce moment durera très longtemps ?

Est-ce que quelqu'un aurait par ailleurs un site où je pourrais voir l'évolution des prix du marché immobilier à Bruxelles ?

Merci

Hors ligne

grmff
Pimonaute non modérable
Lieu : Sibulaga, Onatawani
Inscription : 26-05-2004
Messages : 16 196
Site Web

Re : Evolution des prix

Goudurix nous apporte un éclairage important: la fiscalité.

Chaque fois qu'on parle de blocage des loyers, de péréquation du RC, de taxer sur le revenu locatif réel, on braque un peu le marché, les prix baissent un petit coup, et les rendements demandés par les investisseurs augmentent d'une prime de risque.

Mais finalement, les plus gros proprios, ne sont-ce pas nos hommes et femmes politiques?

Et jusqu'où est-ce que le marché pourrait s'effondrer? Vous pensez à L&H, ou aux actions de l'IT?

Le vrai danger, c'est effectivement que la taxation monte brutalement, parce qu'alors, des tas de petits proprios risquent la faillite personnelle et vendront dans le désordre, la cacophonie et le vendredi noir. Mais est-ce que nos politiciens ne sont pas assez intelligents pour tuer la vache à petit feu? Pas d'un coup... donc on aura le temps de se préparer.

Dans la vie, deux choses sont sûres: cela finit un jour, et en attendant on paye des impôts. Et ce ne sont pas ces deux certitudes qui vont m'empêcher d'acheter de la brique.


Grmf!
----------------
N'envie pas les autres. Tu ne sais pas ce que l'avenir leur réserve...

En ligne

grmff
Pimonaute non modérable
Lieu : Sibulaga, Onatawani
Inscription : 26-05-2004
Messages : 16 196
Site Web

Re : Evolution des prix

J'ai un ami chômeur qui vient d'acheter un petit appartement pour le louer, alors qu'il est déjà assez limite pour son propre loyer. Mais comme il dit en savant homme d'affaire "et un petit placement, un!".

Votre ami a bien raison.

S'il est tout juste au niveau de son budget, mais qu'il peut se permettre d'acheter un appart, c'est que son locataire paye un loyer supérieur à la mensualité qu'il paye à la banque.

Au début, son bénéfice est nul. Il transfère le loyer à la banque en direct. Dans 10 ans, avec l'inflation (du loyer, pas de la mensualité!), il aura du bénéf. Et dans 20, il aura un complément de pension équivalent à un loyer.

Jamais il n'aurait pu faire cela autrement. Impossible à faire avec les fonds de pension: on emprunte pas pour acheter des action...

Et l'achat de brique est l'achat le mieux remboursé auprès des banques. Chacun fera ce qu'il peut pour payer ses dettes de briques.

Non, vraiment, votre ami est un malin. Et la seule chose qui le retient de recommencer, c'est la tête de son banquier (qui n'y comprend rien) quand il vient demander des millions.


Grmf!
----------------
N'envie pas les autres. Tu ne sais pas ce que l'avenir leur réserve...

En ligne

Goudurix
Pimonaute assidu
Lieu : Bruxelles
Inscription : 17-04-2006
Messages : 132

Re : Evolution des prix

Grmff, arguments qui tiennent la route, effectivement, la brique reste une valeur de choix. Mais je ne suis quand même pas convaincu qu'accumuler du bâtiment soit une bonne chose.

Quant à mon ami chômeur, son banquier a la tête... de son grand-père! Et oui c'est aussi un autre aspect dont on ne parle jamais: il semble que les jeunes acquéreurs soient surtout des gens qui ont une famille généreuse.
Souvent on se demande "mais comment des jeunes couples peuvent se permettre cet achat". La réponse est simple: ils ne peuvent pas. Disons qu'ils mettent 50000 euros et papa et maman allongent le reste.

C'est simple, je connais environ une vingtaine de nouveaux propriétaires entre 20 et 30 ans. Et pas une seule de ces personnes n'a acheté avec ses propres moyens uniquement. Donc ça fait longtemps que je me demande pourquoi on parle tout le temps de taux d'intérêts, ou de négociation avec le banquier, alors que pour beaucoup, ça n'a aucune importance.

La Belgique est manifestement un pays ou bcp d'argent dort encore, et les prix actuels reflètent surtout le fait que bcp de gens ne savent pas quoi faire de l'argent accumulé suite aux héritages etc... Pour eux, les prix de l'immo ne sont que des chiffres qui ne symbolisent absolument pas la quantité de travail qu'ils devront fournir pour rembourser.

Hors ligne

Immoreal
Pimonaute assidu
Lieu : Washington
Inscription : 18-01-2006
Messages : 98

Re : Evolution des prix

On va encore me dire que la France n'est pas la Belgique mais je trouvais ce petit article assez instructif. Bonne lecture.

"Tous les modèles spéculatifs et les “fondamentaux” montrent que la bulle spéculative de l’immobilier en France en est rendue à la 5e phase de Bagehot, la phase de stagnation qui rend tout le monde nerveux.

Elle a dû commencer à l’automne-hiver 2005 et va sans doute durer de un an à un an et demi, avec une très légère variation des prix (autrement dit un palier) dans un sens ou dans l’autre. Tout cela sera suivi par une chute inéluctable. (La Grande-Bretagne a, à peu près, un peu plus d’un an d’avance sur la France et le palier semble maintenant se terminer.)

Les cycles sont inéluctables, comme l’avait déjà fait remarquer Walter Bagehot (1826-1877) en 1873 dans ses écrits financiers — il fut l’ami de Charles Dickens et le premier directeur de la respectable revue The Economist- et est surtout connu pour son importante étude économique de la Bourse de Londres dans la deuxième moitié du XIXe siècle, Lombard Street. A Description of the Monetary Market. London, 1873 —, l’euphorie spéculative a toujours eu plusieurs phases et son modèle est toujours d’actualité.

1. Phase d’investissement. C’est un premier niveau de croissance tranquille, où les acheteurs recherchent avant tout un revenu raisonnable en fonction des montants investis ou, dans le cas de l’immobilier, une jouissance agréable et paisible de leur investissement.

2. Phase de confiance. La progression devient un peu plus forte et la confiance des investisseurs devient de plus en plus généralisée.

3. Phase de spéculation. C’est une période avec forte croissance et euphorie généralisée. On peut dire que c’est à ce moment-là que l’on entre dans une bulle.

4. Phase de surchauffe. C’est la période où ce qui prime avant tout, indépendamment de tout revenu, est un fort gain en capital. Les investisseurs semblent atteints d’hystérie collective, comme dans le jeu de la “patate brûlante”, qu’il faut vite saisir et repasser au suivant avant qu’elle ne vous brûle les mains.

Comme l’affirmait le banquier anglais Joseph Martin, en 1720, juste avant le krach des actions de la Compagnie des Mers du Sud : « When the rest of the world is mad, we must imitate them in some measure. » [« Quand tous les gens deviennent fous, il faut les imiter jusqu’à un certain point. », malheureusement, dans son cas, tout se termina mal, car il ne put vendre ses actions et il perdit sa fortune. Par la suite, il affirma “qu’il avait été aveuglé par les conseils d’autres personnes”.]

Dans cette quatrième phase, alors que la spéculation atteint des sommets vertigineux, la qualité des produits vendus tombe au plus bas, suite à la raréfaction des produits d’excellente qualité et aussi suite au manque de discernement des vendeurs qui sont incapables d’évaluer à son juste prix ce qu’ils désirent vendre. Cela finit par provoquer une rupture à un certain moment.

5. Phase de stagnation. Pour les raisons dites précédemment, par cause d’engorgement, dû à l’absence de produits de bonne qualité et aux prix irréalistes des vendeurs qui restent avec leurs invendus, le marché se calme peu à peu et mène à son effondrement inexorable.

Malgré tout, dans le début de cette 5e phase, de petits investisseurs mal informés, qui croient qu’ils vont “rater le coche”, achètent toujours, alors que les insiders se sont retirés à la fin de la troisième phase, mais leur nombre devient de plus en plus faible et ne peut maintenir en vie le marché.

Contrairement au cas des spéculations boursières pour lesquelles, en général, cette phase ne dure que quelques jours — au pire une semaine —, dans le cas des spéculations immobilières cette phase peut durer assez longtemps. En premier, à cause de la tension entre les vendeurs résistant à la baisse et les acheteurs poussant dans cette direction, mais surtout parce que le marché immobilier, de par son organisation même, est un marché à évolution lente, qui n’est pas particulièrement transparent dans le domaine des informations objectives. Son opacité est telle que la “transmission du bruit” (pour utiliser un langage technique) se fait très lentement.

Ainsi, lors de la chute immobilière de 1991-1998, cette cinquième phase a pratiquement duré de 1991 à 1992. Récemment, dans le Royaume-Uni, ce même phénomène a commencé vers la fin de 2004.
Lien : http://www.housepricecrash.co.uk/indices-hometrack-national.php

Comme toute tension, elle finit toujours par craquer, du côté du point faible et, comme dans tous les phénomènes de résistance, plus celle-ci a été longue, plus la rupture est forte et se fait rapidement.
6. Phase d’effondrement. La chute se produit presque toujours de façon inattendue, provoquée le plus souvent par une cause externe à la spéculation : événement historique, mauvaise nouvelle, problèmes sociaux, soudaine perte de confiance. Une fois démarrée, il est impossible de l’arrêter.

Tout cela permet de retourner paisiblement à la case de départ ou très nettement en dessous. Ainsi va la vie !

Dans une telle escalade par paliers, les insiders (qu’on pourrait traduire en français par les “initiés”) vont agir dans les échelons intermédiaires pour “faire monter la mayonnaise” et sortir au plus vite en revendant leurs actifs dès qu’ils auront fait un profit considérable, alors que les outsiders (qu’on pourrait là aussi traduire par les “innocents”) vont acheter au plus haut, seront pris dans la spirale descendante et devront revendre au plus bas.

Ainsi les pertes énormes des uns équilibreront-elles les gains monstrueux des autres, sauf que le plus souvent les conséquences économiques et sociales de cette fièvre seront désastreuses, parfois pour toute la société, y compris pour ceux qui n’y auront jamais pris part.

Moralité de cette histoire : Wait and see !"

Hors ligne

grmff
Pimonaute non modérable
Lieu : Sibulaga, Onatawani
Inscription : 26-05-2004
Messages : 16 196
Site Web

Re : Evolution des prix

On va encore me dire que la France n'est pas la Belgique mais je trouvais ce petit article assez instructif. Bonne lecture.

Qui vous dirait cela?  lol

Cet article est intéressant. Mais ce qui est sous-jacent, c'est le marché des actions. Pas le marché immobilier.

On sent tous qu'une action est très volatile, et qu'elle peut perdre toute valeur du jour au lendemain. Acheter, revendre, sans connaître ni maitriser les fondamentaux de cette action.

Mais on sent tous aussi que le marché immobilier est beaucoup moins volatile. Qu'on pourra toujours trouver des locataires. Que nous avons une possibilité directe d'action sur cette gestion de patrimoine.

Le coût de la construction sera toujours ce qu'il sera. Et cela fait que la brique aura toujours de la valeur, contrairement aux actions qui peuvent diminuer jusqu'au prix des vieux papiers...

Certes, dans certains pays, la valeur de la maison est nulle au bout de 20 ans. Il ne reste plus que le terrain. C'est le cas des maisons américaines construite en papier maché. Mais nous ne sommes pas au USA. Des maisons de 500 ans tiennent encore debout...

Est-on dans un phénomène de bulle? Difficile à dire. Où en est-on dans les phase décrite par votre économiste  spécialiste de la bourse de 1850? On le saura après.

Bref, je vous remercie pour votre article qui est intéressant, et me conforte dans mon idée. Si vous avez de la brique à vendre, je suis preneur...


Grmf!
----------------
N'envie pas les autres. Tu ne sais pas ce que l'avenir leur réserve...

En ligne

Immoreal
Pimonaute assidu
Lieu : Washington
Inscription : 18-01-2006
Messages : 98

Re : Evolution des prix

L'immobilier est certainement moins volatil que la bourse mais depend de l'evolution de l'offre et de la demande comme n'importe quel marche.

On a constaté une baisse importante des prix de l’immobilier en Belgique de 1980 à 1984 (9.2% au total). Il aura fallu 7 ans à un acheteur de l’époque (1980 à 1987) pour revenir au même niveau de prix et autour de 10 ans pour amortir les frais et taxes.

Hors ligne

grmff
Pimonaute non modérable
Lieu : Sibulaga, Onatawani
Inscription : 26-05-2004
Messages : 16 196
Site Web

Re : Evolution des prix

On a constaté une baisse importante des prix de l’immobilier en Belgique de 1980 à 1984 (9.2% au total). Il aura fallu 7 ans à un acheteur de l’époque (1980 à 1987) pour revenir au même niveau de prix et autour de 10 ans pour amortir les frais et taxes.

C'est sûrement vrai, je ne le nie pas, et je ne vais même pas vérifier les statistiques de l'époque. Je vous crois sur parole.

Mais vous confirmer tout à fait mon propos: une baisse importante, cela n'est pas grave. 10% de perte en 4 ans, ce n'est rien du tout.

Pour des actions, ce serait catastrophique. Et la vraie catastrophe pour les actions arrive régulièrement. Mais pour de la brique, c'est un effet de bord négligeable.

En effet, l'investisseur immobilier bon père de famille se base sur le rendement locatif. Il cherche à se créer sa pension pour dans 10, 20, voire 30 ans. L'effet de bord court terme de 10% de perte est certe regrettable, mais négligeable sur le long terme.

J'irai même plus loin. L'acteur immobilier très actif achète avec un emprunt. Vous mentionnez une période de 10 ans pour récupérer la valeur initiale. Mais en 10 ans, l'investisseur aura fait rembourser 40% de son prêt par son locataire. S'il a mis les frais de notaire et 20% de la valeur du bien, il aura donc multiplié son actif par 2. (Faites le calcul calmement...)

Ma conclusion? C'est que le temps joue pour l'investisseur immobilier. Et attendre 10 ans en se disant qu'on est au sommet, c'est pas la meilleure chose à faire... Surtout parce qu'on en sait rien.

Cher Immoreal,

Je vous suggère la lecture édifiante de "Fortune de Brique", dont on a fait l'éloge justifié par ailleurs sur ce site. Il explique tout cela bien mieux que moi. Je suis touffu et trop concentré. Le livre coute 15€, se lit en 2heures, et ouvre les idées.

Vous arrêterez alors de parler comme un spéculateur boursier, et vous commencerez à comprendre ce qui fait la vraie valeur de la brique.

Ce que de Kemmeter a fait, je le fais aussi (à chacun son échelle) depuis des années. Et c'est ce qui fait que je passe mon temps sur ce forum...

Et en toute amitié, si vous ne pouvez vous le procurer à Washington, je suis prêt à vous l'y expédier.


Grmf!
----------------
N'envie pas les autres. Tu ne sais pas ce que l'avenir leur réserve...

En ligne

PichonBiere
Pimonaute assidu
Lieu : Bruxelles
Inscription : 05-05-2006
Messages : 96

Re : Evolution des prix

Je suis quand même un peu plus sceptique que Grmff sur la 'valeur de la brique'.

Je veux bien lui reconnaitre une valeur de 'bien de première nécessité' dans le cadre d'une habitation principale, et une valeur 'refuge' quand tous les bousicoteux ont les pétoches sur les marchés.

Je vais même jusqu'à lui accorder une valeur 'refuge' pour les différentes mafias qui cherchent à 'recycler' de l'argent un peu douteux car les contrôles sur l'investissement immobilier (achat/rénovation) me semblent bien légers (et je dis tant mieux d'un autre côté...)

En dehors de ces cadres, il me semble que le nombre d'habitations, y compris à Bxl croit bien plus vite que le nombre d'habitants ou le nombre d'emplois disponibles, à part les emplois de conseils en placements immobiliers bien sûr...


La mer monte : achetez de l’eau !

Hors ligne

Immoreal
Pimonaute assidu
Lieu : Washington
Inscription : 18-01-2006
Messages : 98

Re : Evolution des prix

Grmff a écrit :

... En effet, l'investisseur immobilier bon père de famille se base sur le rendement locatif. Il cherche à se créer sa pension pour dans 10, 20, voire 30 ans. L'effet de bord court terme de 10% de perte est certe regrettable, mais négligeable sur le long terme ... Et en toute amitié, si vous ne pouvez vous le procurer à Washington, je suis prêt à vous l'y expédier.

Merci pour l'offre, je passe ma vie entre la Belgique et les Etats-Unis et pourrait-donc me le procurer assez facilement.

L'immobilier est certainement un investissement de bon pere de famille et presente peu de risques sur le long terme (20 a 30 ans). Ma mise en garde vise les jeunes qui n'ont pas connus les temps difficile des annees 80 et croient que l'immobilier ne peut faire que monter.

Je n'ai jamais vu autant de jeunes succomber a la pression sociale de la brique. Je connais personnellement une vingtaine de ces 20 - 30 ans (Belgique et USA) qui ont achetes des appartements ou petites maisons en 2004 et 2005 et vont probablement devoir les revendre dans 2 - 3 ans pour cause de mariage, naissance ou divorce.

Ceux qui ont achete aux Etats-Unis ont deja perdu beaucoup d'argent. L'un d'entre eux a du vendre (perte d'emploi) en avril et a fait une perte de $45,000. Personne ne peut prevoir l'evolution du marche immobilier en Belgique ou ailleurs. Je me contente de mettre en garde contre cet exces de confiance dans la brique.

Hors ligne

PichonBiere
Pimonaute assidu
Lieu : Bruxelles
Inscription : 05-05-2006
Messages : 96

Re : Evolution des prix

10% de pertes... ajoutés à
- 12.5% exhorbitants de frais d'enregistrements,
- à l'inflation galopante alors que la valeur du bien diminue,
- au rendement d'autres types de placements,
- à la fiscalité inhérente à la propriété,
- aux frais inhérents à l'entretien ou la rénovation du bien,
- au risque lié à la non-rentabilité si non loué ou locations non payées.
- immoreal complétera ce qui manque...

Et encore, 10%, c'est pas grand chose comme dépréciation de départ.


La mer monte : achetez de l’eau !

Hors ligne

grmff
Pimonaute non modérable
Lieu : Sibulaga, Onatawani
Inscription : 26-05-2004
Messages : 16 196
Site Web

Re : Evolution des prix

Je connais personnellement une vingtaine de ces 20 - 30 ans (Belgique et USA) qui ont achetes des appartements ou petites maisons en 2004 et 2005 et vont probablement devoir les revendre dans 2 - 3 ans pour cause de mariage, naissance ou divorce.

Acheter pour revendre 2 ou 3 ans plus tard, quelle que soit la conjoncture, c'est effectiement une connerie qui coûte cher... On est bien d'accord là dessus.


Grmf!
----------------
N'envie pas les autres. Tu ne sais pas ce que l'avenir leur réserve...

En ligne

grmff
Pimonaute non modérable
Lieu : Sibulaga, Onatawani
Inscription : 26-05-2004
Messages : 16 196
Site Web

Re : Evolution des prix

10% de pertes... ajoutés à ...

Si l'invest dure plus de 10 ans, où est le problème? Vous oubliez tous les effets que je mentionnais précédemment.


Grmf!
----------------
N'envie pas les autres. Tu ne sais pas ce que l'avenir leur réserve...

En ligne

PichonBiere
Pimonaute assidu
Lieu : Bruxelles
Inscription : 05-05-2006
Messages : 96

Re : Evolution des prix

Se marier et acheter pour divorcer 2 ou 3 ans après est également une connerie qui coûte cher...

Et faire des enfants, quelle idée aussi !


La mer monte : achetez de l’eau !

Hors ligne

PichonBiere
Pimonaute assidu
Lieu : Bruxelles
Inscription : 05-05-2006
Messages : 96

Re : Evolution des prix

Grmff a écrit :

Citation :10% de pertes... ajoutés à ...
Si l'invest dure plus de 10 ans, où est le problème? Vous oubliez tous les effets que je mentionnais précédemment.

Je n'oublie pas, sauf qu'un autre type de placement rapporte lui aussi toujours après 10 ans...

J'avoue que j'ai tendance à penser qu'au delà de son habitation propre, l'immobilier est un investissement qui ne peut rapporter que si on met soi-même la main à la pâte pour les différents aspects de la gestion d'un parc.

Mais faire cela en plus d'une autre activité professionnelle, il est préférable de placer ses tunes sur des mix actions/obligations, y compris sur du long terme, et laisser l'immobilier à ceux qui ne font que ça, et qui ont un beau-frère maçon ou polonais...

et j'oubliais ceux qui veulent recycler de l'argent tombé d'un camion....


La mer monte : achetez de l’eau !

Hors ligne

Immoreal
Pimonaute assidu
Lieu : Washington
Inscription : 18-01-2006
Messages : 98

Re : Evolution des prix

Grmff a écrit :

Acheter pour revendre 2 ou 3 ans plus tard, quelle que soit la conjoncture, c'est effectiement une connerie qui coûte cher... On est bien d'accord là dessus.

Malheureusement je n'ai jamais vu autant de jeunes faire ce genre de c...... que ces 2 dernieres annees. Tous convaincus par la pensee unique ambiante que la brique ne peut que monter et que dans quelques annees ils revendront avec une bonne plus value. C'est desesperant...

Hors ligne

grmff
Pimonaute non modérable
Lieu : Sibulaga, Onatawani
Inscription : 26-05-2004
Messages : 16 196
Site Web

Re : Evolution des prix

Mais faire cela en plus d'une autre activité professionnelle, il est préférable de placer ses tunes sur des mix actions/obligations

Pour placer ses tunes, il faut en avoir . Pour acheter de l'immobilier, il suffit que le banquier vous prête.

C'est sans doute la différence fondamentale. Certes, cela donne du boulot. Mais qui a dit que le poulet tombait roti du ciel?


Grmf!
----------------
N'envie pas les autres. Tu ne sais pas ce que l'avenir leur réserve...

En ligne

Francis
Pimonaute incurable
Lieu : Bruxelles
Inscription : 29-05-2004
Messages : 3 435

Re : Evolution des prix

Je ne comprends pas très bien certains raisonnements ou alors je fais fausse route depuis des années et mon banquier aussi.
Tous les propriétaires ne sont pas des capitalistes mafieux qui recyclent leur argent tombé du camion.  Penser cela est faire preuve d’une malhonnêteté intellectuelle ou d’une totale méconnaissance du secteur immobilier.  Bien sur il y a de tels propriétaires, mais ils restent marginaux et disparaissent après quelques années.  Je me souviens de russes établis à Anvers et propriétaires de plusieurs appartements de standing à Bruxelles, le tout loué et gère par société de comptables +- occultes.  Après quelques années tous les appartements ont été revendus relativement à la sauvette et, à mon avis, avec une perte légère si l’on tient compte de tous les frais…mais le but n’était pas d’en faire un profit.
Quant au jeune couple qui achète un appartement pour le revendre 3 ans plutard pour acheter une maison, j’appelle cela de la spéculation et pas autre chose.  Espérer faire un profit en si peu de temps , avec l’amortissement des frais d’achat et du PH, est illusoire.  Les pro de l’immobilier capables de réaliser de telles affaires fructueuses à court terme et à coup sur sont très rares et pourtant ils ont un avantage indéniable sur le commun des acquéreurs.  Ils vivent le marché au jour le jour et sont en première ligne lorsque les biens sont proposés.  Je reste persuadé qu’à moyen et à long terme l’immobilier reste un investissement de qualité et très rentable, Pas sur 3 ans ou alors il faut se lancer dans la revente par appartement et là aussi les risques sont importants et les crashs courants.
Effectivement il reste toujours un risque mais bien moindre qu’avec d’autres investissements.  Je connais un agent immobilier qui, marre des briques, avait placé son argent dans Leernault et Hauspie…. Il s’en mord les doigts.
Je rencontre régulièrement, vu mon métier, des nouveaux propriétaires, le leur logement ou en placement, jeunes ou vieux, riches ou moins, et chacun d’entre eux est un cas différent et chaque achat de même.  Peu se plaignent après l’achat lorsqu’ils ont été bien conseillés et ont su garder la tête froide et ne pas tomber dans les modes…

Je découvre aussi les prix immobiliers dans d’autres pays et suis les évolutions.  Mais il n’est pas possible d’en déduire l’évolution des prix belges.  Il est déjà tellement difficile pour les experts de comparer des biens d’un quartier à l’autre et d’établir une courbe d’évolution.  Les statistiques publiées par qui que ce soit sont à prendre avec de telle réserve qu’elles ne servent en définitive à rien, si ce n’est parfois à justifier une valeur obtenue par d’autres méthodes.

En conclusion, la brique correctement négociée et gérée, restera mon investissement préféré.  Et tant pis pour les chevaux…qui ne resteront qu’une passion.


Francis

Il n´y a que deux définitions concernant l´infini:
l´univers et la bêtise humaine...
Albert Einstein...

Hors ligne

PichonBiere
Pimonaute assidu
Lieu : Bruxelles
Inscription : 05-05-2006
Messages : 96

Re : Evolution des prix

il faut reconnaître que c'est assez maladroit de placer tous ses oeufs dans le même panier...

L&H est un véritable cas d'école pour le placement spéculatif, la vague nouvelle techno, teinté d'une touche d'orgueil 'national' et un business model pas très clair pour les investisseurs mais qui suivent comme des moutons quand même.

Ensuite, j'ai encore visité récemment quelques maisons à Bxl en très bon état apparent à un prix indécent vendu par de jeunes 'veuves russes' qui devaient partir aux US sous peu...

Je dis simplement que, de mon point de vue, l'investissement locatif est assez contraignant pour quelqu'un qui a une activité professionelle autre, et pour un rendement qui finalement ne dépasse pas sur le long terme d'autres placements soi-disant plus risqués, et encore je parle d'un mélange 'action/obligation' pour les plus réticents...

Un point pour Grmff, pour placer des tunes, encore faut-il en avoir, mais nos amis banquiers filaient plein de tunes il n'y a encore pas si longtemps à n'importe quel jeune diplômé sachant utiliser powerpoint pour présenter un pseudo-business model sur base de nouvelle technos clairs comme des écrans de fumés...

Pour résumer, une maison à soi (et encore, parce-qu'on 'aide' l'accession à la propriété), et le reste uniquement si j'ai le temps parce que c'est mon métier.


La mer monte : achetez de l’eau !

Hors ligne

Goudurix
Pimonaute assidu
Lieu : Bruxelles
Inscription : 17-04-2006
Messages : 132

Re : Evolution des prix

Mais on sent tous aussi que le marché immobilier est beaucoup moins volatile. Qu'on pourra toujours trouver des locataires. Que nous avons une possibilité directe d'action sur cette gestion de patrimoine.

Mais alors, il suffirait donc de toujours investir dans l'immobilier, qu'il soit cher ou pas, quel que soit le contexte, et on est sûr de ne pas se tromper?? C'est donc si simple de faire fortune?

J'ai plutôt l'impression que les bonnes affaires ne peuvent pas se réaliser quand tout le monde va dans la même direction. Ca me fait penser aux arnaques "pour devenir riche, faites ce que je fais, je vais vous expliquer"...
C'est justement quand il y a un excès de confiance généralisé dans un secteur que la catastrophe n'est pas loin.

Car finalement, pour que quelques uns fassent de bonnes affaires, il faut bien que d'autres paient la note. Tout le monde ne peut pas bénéficier du bon filon.

Or aujourd'hui, chacun espère s'enrichir dans l'immobilier parce que chaque personne a au moins entendu une fois l'histoire de l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'ours du beau frère du jardinier qui a gagné beaucoup en renvendant etc...

Mais quand on en est à cette étape, c'est déjà trop tard. J'ai eu l'occasion de rencontrer une personne qui a revendu sa "startup internet" en 1998 pour 6 millions d'euros. Son produit n'était ni plus intelligent, ni plus utile, ni plus sérieux que les autres. Mais il était simplement le premier, à un moment où c'était nouveau et inconnu. Donc ce genre de coup était encore possible. 2 ans plus tard il se serait planté comme les autres.
Je pense que l'immo passe par les mêmes étapes. Et là on est dans la phase "trop tard".

Hors ligne

grmff
Pimonaute non modérable
Lieu : Sibulaga, Onatawani
Inscription : 26-05-2004
Messages : 16 196
Site Web

Re : Evolution des prix

Mais alors, il suffirait donc de toujours investir dans l'immobilier, qu'il soit cher ou pas, quel que soit le contexte, et on est sûr de ne pas se tromper?? C'est donc si simple de faire fortune?

C'est ce que je me tue à dire à tout qui me connait depuis 10 ans. Ils m'ont tous dit "Ah, c'est chouette". Et ils travaillent tous encore.

Et je persiste et signe: Oui c'est facile. Non on ne devient pas millionnaire en euros en 15 jours. Non cela ne va pas vite. Oui c'est un peu de suivi et de boulot administratif (au moins) Oui, il faut prendre le temps de ce complément.

Et le coup qui tue: Oui 30% par an sur le cash investi, c'est possible. Et 50 aussi.


Grmf!
----------------
N'envie pas les autres. Tu ne sais pas ce que l'avenir leur réserve...

En ligne

Pied de page des forums

Pim.be : votre forum de l'immobilier résidentiel belge depuis 2002.

Les dernières discussions sont ici » Récentes | Sans réponse
Règlement du forum | Liste des membres



derniers-tweets-small Derniers tweets

Comment l'immobilier s'adapte à l'économie de partage trends.levif.be/economie/immo…

Hier De PIM's Twitter

Au hasard de nos offres
  • Appartement 390 000 € ST-GILLES
  • Appartement À partir de 775 000 € UCCLE
  • Maison Sorry : trop tard ! IXELLES
  • Villa 2 800 000 € UCCLE
  • Maison 1 300 000 € IXELLES
  • Maison 529 000 € UCCLE
  • Villa 1 290 000 € RHODE ST GENESE
  • Appartement 735 000 € UCCLE
  • Penthouse 890 000 € UCCLE
  • Villa 3 200 000 € UCCLE
  • Voir toutes les offres »

    odio suscipit venenatis commodo Aliquam nec quis, commodo pulvinar elit.